Dans une tribune publiée sur LeMonde.fr [fr], Gaël Pasquier, directeur d’une école maternelle et doctorant en sciences de l’éducation, explique très simplement pourquoi il ne faut pas attendre le collège pour évoquer l’homosexualité à l’école. En 8 points, il rappelle notamment que la lutte contre l’homophobie est censée débuter dès la petite section de l’école maternelle. « La lutte contre l’homophobie dès les premiers niveaux d’enseignements est d’autant plus nécessaire qu’il y a potentiellement dans chaque classe des garçons ou des filles qui aimeront un jour de manière définitive ou occasionnelle quelqu’un de leur sexe », souligne-t-il. « (…) Il n’est pas nécessaire de comprendre le sens d’une insulte pour qu’elle soit efficace. (…) Des parents ne sauraient soustraire leur enfant aux enseignements obligatoires: la lutte contre les discriminations racistes, antisémites, sexistes et homophobes fait partie des missions de l’école républicaine au même titre que l’apprentissage de la lecture et du calcul. »

« Tout comme parler du fait religieux n’implique pas de faire la promotion du judaïsme, du christianisme ou de l’islam, évoquer l’homosexualité en classe ne peut s’apparenter à du prosélytisme et ne saurait influencer de manière néfaste le développement de l’enfant, conclut-il. Il s’agit simplement de proposer aux élèves des outils pour comprendre le monde qui les entoure, de leur apprendre la tolérance et le respect, valeurs constitutives de l’école républicaine, et de leur permettre de se projeter, d’une manière adaptée à leur âge, dans leur vie future. »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.