Scandale, Elle [fr], le magazine féminin de nos mamans, parle de foufounes! Si pour certaines, le scandale est dans l’image (toutes ces foufounes, ça la fout mal), pour d’autres – question de génération sans doute –, c’est le fond de l’article qui est en cause.

Capture d'écran Elle

« Chouette. Peut-être qu’on va parler du fait que, par exemple, tout le monde n’a pas envie de ressembler à une porn queen au niveau du pubis, ou qu’au fond, la plupart des garçons remarquent à peine une épilation flambante neuve, ou qu’un obsédé de l’intégrale sent quand même le roussi? Ou peut être juste, vont-elles rappeler que ça regarde un peu chacune et que ce serait pas mal qu’on nous lâche la grappe au moins là-dessus? » , se réjouissait d’avance brain magazine [fr], avant de déchanter: « On commence par donner la parole aux garçons, puisque, après tout, c’est bien de ça qu’il s’agit: avoir une chatte bien conforme à leur supposé désir. (…) Jusqu’ici, vous entreteniez un rapport amical avec votre chatte? C’est fini mesdames. Une foune, ça se bosse. Et c’est même un  travail à temps plein ».

Sur Slate.fr [fr], la « pintade » Laure Watrin s’inquiète du « nouveau diktat [que ce dossier] entérine »: « Si je comprends bien ces 8 pages de leçon magistrale, dont l’esthétique porno soft ne vous aura pas échappé avec les photos pleine page de toisons taillées (une amie à l’œil aiguisé a même cru déceler une « perruque pubienne » sur l’une des mannequins), désormais, être adepte du naturel classe immédiatement dans la catégorie « féministe hirsute » et conduit tout droit au désert sexuel ».

Bon, là aussi il y a du boulot, parce qu’être classée « féministe » et/ou « hirsute », ça ne devrait pas être un problème non plus…

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.