Le Collectif Contre l’Homophobie (CCH) et la Lesbian and Gay Pride Montpellier – Languedoc Roussillon (LGP), deux associations montpelliéraines de défense des droits LGBT, ont décidé de porter plainte contre l’émission Action Discrète et la chaîne Canal +, et de saisir le CSA. Vendredi dernier, Yagg révélait l’histoire des « faux militants » de Georges Frêche, faisant campagne à Montpellier auprès des passants ou des commerçants et tenant des propos homophobes et racistes, qui s’avéraient finalement être des membres de l’équipe de l’émission-canular de Canal+, Action Discrète (lire notre article et retrouvez ici la vidéo de l’émission diffusée samedi dernier).

Une émission hebdomadaire dont l’humour repose sur le fait de caricaturer des comportements excessifs pour mieux les dénoncer. Cette fois-ci, il s’agissait de parodier les propos de Georges Frêche. Les comédiens se sont fait passer pour des militants de l’élu, caricaturant « le franc parler sans retenue » selon la voix-off de la vidéo, multipliant les propos provocateurs contre les différentes communautés de la ville, entrant dans une synagogue, dans un centre pour handicapés, ou encore dans un bar lesbien. Mais cette camera cachée, très second degré, n’a pas fait rire tous le monde.

« UN CLIMAT DE PSYCHOSE »
« Ce qui nous importe, c’est que de graves insultes ont été proférées et que certaines personnes l’ont très mal perçu, explique Hussein Bourgi, président du CCH, contacté par Yagg. Les victimes ne savaient pas que c’était une émission. Et ils ont vécu trois jours très difficiles. Cela a crée un climat de psychose chez les commerçants de Montpellier. Il aurait au moins fallu expliquer aux gens ce qu’il venait de se passer. Et eux (les comédiens d’Action Discrète, ndlr) n’ont pas eu le courage et la courtoisie de revenir sur les lieux expliquer qu’il s’agissait d’un canular. Leur façon de faire est lâche et c’est un manque de professionnalisme ».

« JE SUIS TROUBLÉ PAR CETTE HISTOIRE »
Yves Le Rolland, le producteur artistique d’Action Discrète et des Guignols de l’info sur Canal+, interviewé par Yagg, explique à son tour: « Je suis troublé par cette histoire. Je comprends très bien que lorsque ces associations ont porté plainte la première fois, c’est parce qu’ils ont vraiment cru qu’il s’agissait de vrais gens. Et puis cela s’est produit dans un climat un peu tendu, à Montpellier, avec ces élections régionales qui approchent et toutes les tensions autour de Georges Frêche. Du coup, quand cette histoire est arrivée, tout le monde s’est un peu accusé tour à tour. Mais il faut comprendre qu’il s’agissait juste d’une camera cachée, juste d’un canular. »