Samedi 6 février, pour la 2e année consécutive, l’association strasbourgeoise République du Glamour (RDG) organisait le prix du roman lesbien.

La remise a eu lieu au Troisième Lieu, à Paris. Le jury – Vicky Jaime (RDG), Chriss Lag (La Dixième Muse), Stéphanie Arc, Marjorie Marcillac (Têtu) et moi-même – a désigné comme meilleur roman lesbien 2009 Les chroniques d’Ouranos, de Véronique Bréger, publié aux éditions Adventice, qui a été préféré à Allez au diable Vauvert, d’Isabelle Blondie (D’un Noir Si Bleu), Le Jardin de Shahrzad, de Vida (KTM Éditions), Le dernier chaos, de Caroline Ellen (Pascal Galodé éditeurs), Un amour prodigue, de Claudine Galea et Colombe Clier (Éditions Thierry Magnier) et Tous les soirs de ma vie, d’Isabelle Zribi (Éditions Verticales).

UN ROMAN D’ANTICIPATION
Lors des délibérations, Les chroniques d’Ouranos s’est assez rapidement imposé. Dans ce roman d’anticipation, Véronique Bréger imagine un monde rongé par la pollution, que l’importation de plantes d’un autre continent, avec lequel les relations sont très tendues depuis une trentaine d’années, pourrait sauver. Soann, l’une des meilleures employée de la Compagnie citoyenne anti-pollution (CCAP), est chargée de valider l’entrée de ces plantes miracles sur Ouranos. Les choses ne se passent évidemment pas comme prévu, et Soann, accusée de terrorisme, part à la recherche d’une explication sur l’autre continent, Andaïlis. Son chemin croise alors celui d’Aléna, botaniste émérite…

UNE AUTEURE AUX MULTIPLES TALENTS
Comme elle l’explique dans l’entretien qu’elle nous a accordé après avoir reçu son prix (vidéo ci-dessous), Véronique Bréger ne se cantonne pas à un univers. Aussi à l’aise dans la romance, le polar ou la science-fiction, l’auteure des Chroniques d’Ouranos, de La Nuit des orpailleurs ou d’Open Space, pour ne citer que ceux qui ont été publiés en 2009, réussit presque à chaque fois à tenir ses lectrices (et lecteurs) en haleine d’un bout à l’autre du livre. Le verbe n’est d’ailleurs pas son seul talent, puisqu’elle est également l’auteure des dessins qui parcourent La Nuit des orpailleurs et de la couverture des Chroniques d’Ouranos, seule illustration rescapée des aléas de l’édition (rendez-vous sur son site pour en savoir plus).

httpv://www.youtube.com/watch?v=1D5QDnSqFcE

Si vous ne pouvez pas voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Ce prix du roman lesbien récompense ainsi un excellent livre d’une auteure passionnante, passionnée, multicarte et pleine de projets, notamment un prochain ouvrage aux éditions KTM, illustré par Esther Gagné, dont le blog La lanterne brisée est à visiter de toute urgence.

Interview Bénédicte Mathieu

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.