Michel TeychennéLe conflit interne au Parti socialiste ariégeois ne semble pas près de s’atténuer. Rappel de l’histoire: Michel Teychenné (photo) est investi par la convention nationale du PS en 3e position sur la liste départementale pour les prochaines élections régionales, ce qui déplaît aux responsables socialistes locaux. Parce que Paris impose son candidat? Ou parce que ce candidat est ouvertement gay?

Pour l’instant, la parole de l’un s’oppose à celles des autres, sans qu’il soit possible de démêler clairement l’intrigue. Au début de l’affaire, Michel Teychenné mettait son éviction sur le compte de son « indépendance d’esprit » et de sa « position de rénovateur », rapportait Ariege News, le 12 janvier. Mais il y a quelques jours, il a commencé à évoquer la possibilité que la véritable raison soit liée à son homosexualité (lire Revue de web). Et accuse donc d’homophobie les élus PS locaux, au premier rang desquels le président du Conseil général de l’Ariège, Augustin Bonrepaux.

« ACCUSATION D’HOMOPHOBIE »
Tandis que Michel Teychenné, qui se qualifie de « symbole fort de la diversité prônée par [son] parti », organise une conférence de presse demain après-midi, en présence des associations LGBT de Midi-Pyrénées, Augustin Bonrepaux a fait savoir que « blessé par cette accusation d’homophobie », il portait plainte pour diffamation contre l’ancien député européen.

« LA CRÉDIBILITÉ DU PS »
Une accusation d’homophobie dont il risque d’avoir néanmoins du mal à se défaire, si l’on en croit un communiqué du Collectif contre l’homophobie (CCH). Le CCH vient en effet de découvrir qu’au-delà de la polémique Teychenné, Augustin Bonrepaux a été condamné par le tribunal administratif de Toulouse le 27 octobre 2009 « pour avoir refusé à un gay vivant en couple un agrément à l’adoption, en dépit des avis favorables des services compétents ». « Depuis plusieurs années, le PS se déclare, dans ses textes de congrès et ses programmes électoraux, opposé à toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle des candidats à l’adoption, » rappelle, dans le communiqué, Hussein Bourgi, président du CCH, lui-même militant PS. « Il en va désormais de la crédibilité du PS en matière de lutte contre les discriminations liées à l’orientation sexuelle. »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter.