La 52e cérémonie des prestigieux Grammy Awards américains s’est tenue hier soir, dimanche 31 janvier, sans grandes surprises ni petits scandales. Pas de Kanye West pour saboter le show, amuser la galerie et râler en faveur de sa pote Beyoncé comme il l’avait fait aux VMA 2009 (lire notre article), puisque la grande favorite de cette édition – avec 10 nominations – a fini par remporter 6 statuettes, se plaçant ainsi en tête des artistes récompensé-e-s. Sa rivale et néanmoins « copine » Lady Gaga, avec laquelle elle a signé récemment deux flamboyants featurings, Video Phone et Telephone (dont le clip est actuellement en tournage), était également en lice mais n’a remporté « que » 2 des 4 Grammys pour lesquels elle était nominée.

Drame? Non, madame. Lady Gaga a tout de même, et c’est surtout pour cela qu’elle était attendue, brillé, comme à son habitude, avec ses costumes éblouissants d’extravagance  et son époustouflante performance sur la scène du Staples Center où elle était accompagnée de… Sir Elton John Himself!

« SHE’S A MONSTER! »
Sur scène, un mec en costume arrive en trainant par terre une fausse Lady Gaga dont il n’est pas satisfait et qu’il vient retourner à la Fame Factory (l’Usine de la célébrité) en criant: « Je voulais une Lady Gaga mais vous m’avez vendu une contre-façon! ». Commence ensuite une incantation de réclamations scandées en chœur avec plusieurs clones de la Lady en arrière-plan et sur une rythmique de machinerie industrielle inquiétante: « I want the real Gaga! », exige-t-il haut et fort. À la manière d’un maitre de cérémonie chauffeur de salle un peu fou, il fait monter la sauce jusqu’à l’apparition du produit fini qu’il réclame.

La chanteuse entame alors son tube Poker Face (pour lequel elle était pressentie pour remporter le Grammy de chanson de l’année et qui a échoué face au Single Ladies de Beyoncé) mais est très vite interrompue après le refrain par notre ami MC qui se transforme en fervent prêcheur moraliste hardcore: « Tout le monde est fou de Gaga! Sa pop qui contrôle les esprits casse mon business! Emportez-la! C’est un monstre! C’est un monstre! C’est un monstre! Et elle est en train de vous transformer tous en monstres! C’est un monstre! C’est un monstre! C’est un monstre! », répète-t-il pendant que la Gaga crie d’effroi en se faisant littéralement jeter dans les flammes d’un incinérateur sur lequel est inscrit en lettres géantes le mot « Rejected ». Référence évidente à l’enfer que lui promettent les ultra-radicaux adeptes de l’infâme Westboro Baptist Church de l’homophobe révérend Fred Phelps (lire notre article).