Culture & Loisirs
Culture, Livres, Télé | 10.12.2009 - 12 h 07 | 7 COMMENTAIRES
Marjolaine Boutet, historienne des séries: « Plus belle la vie donne une image extrêmement positive de l’homosexualité! »
Publié par
À l'occasion de la parution des "Séries télé pour les Nuls", l'historienne des séries Marjolaine Boutet, qui en est l'auteure, revient sur la place des gays, des lesbiennes et des trans dans les séries, tant anglo-saxonnes que françaises. Interview.

Marjolaine Boutet Les Séries pour les NulsÀ l’occasion de la parution des Séries télé pour les Nuls, l’historienne des séries Marjolaine Boutet, qui en est l’auteure, revient sur la place des gays, des lesbiennes et des trans dans les séries, tant anglo-saxonnes que françaises.

À quel moment les homosexuels ont-ils fait leur apparition dans les séries? Pendant longtemps l’homosexualité des personnages et des acteurs de série obéissait à la célèbre règle du « don’t ask, don’t tell ». Pour vous donner une idée, le premier baiser entre deux hommes dans un soap opera date d’août 2007. L’apparition des homos sortis du placard en tant que personnages principaux est récente, cependant dès les années 70 les séries américaines comptent des personnages secondaires gays, mais qui n’ont pas vraiment de vie amoureuse et qui sont plutôt des « sujets » dans un épisode centré sur l’homosexualité. Pourtant, il existe un exemple remarquable d’action du lobby gay autour de l’apparition d’un personnage homo dans une série médicale des années 70 baptisée Marcus Welby. En 1974, un épisode de la série raconte comment un jeune garçon a été violé par son professeur homosexuel. Cette intrigue est à l’origine d’un véritable scandale aux États-unis notamment parmi les lobbies gays et lesbiens à cause de l’amalgame qu’il crée entre homosexualité et pédophilie. Ces protestations ont été tellement énormes que sept annonceurs ont refusé que leurs publicités soient diffusées pendant cet épisode.
Sinon, de nombreuses séries sont crypto gays: Les mystères de l’Ouest, Starsky et Hutch… mais la mode des homos dans les séries télés date de la fin des années 90 avec Will and Grace, et l’année d’après en Angleterre avec Queer as folk. Ces succès amènent à l’avènement aux États-Unis au début des années 2000 de Queer as folk version américaine et de The L Word.

Qu’en est-il aujourd’hui du traitement de l’homosexualité dans les séries? Aujourd’hui, comme la tendance des années 2000 est, à mon avis, le politiquement incorrect, on parle de plus en plus facilement d’homosexualité dans les séries. Mais ce qui me semble intéressant avec les exemples de United States of Tara et de Glee, c’est que les séries mettent en scène non plus l’adulte homosexuel, mais l’adolescent homosexuel, traité du point de vue des parents. Ainsi, l’homosexualité du fils dans United States of Tara n’a pas d’incidence sur la façon dont il est traité. L’homosexualité n’est plus un problème désormais dans les séries américaines, c’est un simple fait.

Modern Family, l’adaptation de Fais pas ci, fais pas ça, une des nouvelles séries de la rentrée américaine, qui met en scène différents modes d’éducation, compte un couple gay qui vient d’adopter une petite fille. L’homoparentalité devient également un élément presque normal dans les séries américaines. Dans Glee, l’un des personnages principaux a d’ailleurs deux papas, que l’on n’a pas encore aperçus dans la série.

Print This Post
 
LES réactions (7)
  • Par GouineMum 10 déc 2009 - 14 H 27

    Ahem…

    « Plus belle la vie » donne surtout une image de l’homosexualité telle qu’elle plairait aux straights : bourgeoise, bien-pensante, invisible. On y essaie de nous faire gober que « le pédé et la gouine sont finalement des bourges comme nous autres straight ». On y crée une norme homo et on essaie de l’imposer. Ce qui fait que lée pédé ou la gouine qui ne correspond pas à ce modèle créé par des straight est exclue.

    Je ne vois pas ce que ça aurait de positif, bien au contraire. Et j’aimerais bien que les straight nous foutent un peu la paix, au lieu de vouloir régenter nos vies pour satisfaire leurs fantasmes politiques.

     
  • Par Pitaladio 10 déc 2009 - 16 H 21

    oui, finalement, le pédé ou la gouine est à l’hétéro ce que l’immigré est au bon Français : on voudrait qu’il soit « plus » irréprochable (notamment dès qu’on touche à l’homoparentalité) que le clampin de base tout comme on voudrait que les immigrés (ou issus de l’immigration, comme on dit) soit plus patriotes et aiment plus la France que les Franchouillards de base, tout en leur en foutant quand même plein la gueule par ailleurs parce qu’ils sont pédés ou immigrés… Mais je m’égare… on parlait d’une série télé, je crois. ;-)

     
  • Par GouineMum 10 déc 2009 - 18 H 40

    L’ennui étant que les séries télé sont hautement performatives et qu’on se prend ça dans nos gueules tous les jours dans la vraie vie.

     
  • Par .rod. 10 déc 2009 - 22 H 18

    Thomas n’est pas bourgeois, c’est un petit serveur qui vit dans un studio au rez-de-chaussée d’un vieil immeuble…

     
  • Par Médéric 11 déc 2009 - 6 H 46

    Torchwood est une série de SF anglaise, pas gros budget, pas la meilleure série du moment, mais le héros passe son temps à galocher le moindre mec qui passe, alors que l’homosexualité n’est pas le sujet de l’intrigue, ni le caractère le plus fort du personnage.
    Même si la série n’est pas des meilleures, il y a une visibilité homosexuelle assez inédite.

    Même si dans le contexte anglobrittish, cette série a sans doute été perçue comme une série gay dès le départ puisque l’acteur est ouvertement gay, en couple, pipolisé, etc…

     
  • Par Pitaladio 11 déc 2009 - 9 H 19

    enfin, la vraie question qu’on peut se poser, c’est : historienne des séries, c’est un métier ?? ;-)

     
  • Par Bette 15 déc 2009 - 11 H 26

    je pense que “Plus belle la vie” reflète très bien la réalité, car pour une fois l’homosexualité est représentée dans un petit “cartier” par une femme féminine et un homme pas éféminé et ça fait un bien fou. Car voir des “butch” (camioneuse) partout dès qu’on parle de lesbienne c’est aussi de la discrimination pour les lesbiennes féminines ! Lesbiennes n’est pas égale à femmes aux cheveux court et jean chemise ! Et je ne vois pas pourquoi les lesbiennes n’aurait pas le droit d’être dite “bourges” ceux qu’ils pensent ça ils se mettent dans des cases tout seuls !
    L’essentiel pour une lesbienne, un gay ou un hétéro c’est de vivre comme il lui plait d’être représenté par toute sorte de personnes car tout le monde à droit de faire partie de différent milieu, caste ou genre ! STOP AUX ÉTIQUETTES !

    Et je fais un appel aux femmes, arrêté de vous transformer en garçon pour pouvoir embrasser une autre fille car vous renforcer les gens dans leurs avis de dire que les filles lesbiennes ont un souci dans la tête. Etre lesbienne c’est être une femme qui aime une femme donc inutile de se “transformer” en garçon pour dire je suis lesbienne ! Si c’est un choix car vous vous plaisez très bien mais sinon restez vous même quoi qu’il arrive.

    A méditer . . .

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.