Samedi 28 novembre, le corps du journaliste de sport du Los Angeles Times Mike Penner a été retrouvé à son domicile. La cause du décès est, semble-t-il, le suicide. Mais l’histoire de Mike Penner est complexe, et rend l’expression des hommes des journalistes et militant-e-s délicate.

En 2007, l’article dans lequel Mike Penner annonçait sa transition (et son changement de nom pour Christine Daniels) a été l’un des plus lus de l’année pour le journal. La nouvelle a été mieux accueillie par ses collègues et par les sportifs que le craignait Christine Daniels. Mais en 2008, Mike Penner est revenu, a demandé à reprendre sa signature masculine et à ce que toute référence à Christine soit effacée du site du LA Times.

La question que se posent donc aujourd’hui journalistes et militant-e-s est la suivante: faut-il rendre hommage à Mike ou à Christine? Le blog The Sexist [en], sur le site du Washington City Paper, tente d’y apporter une réponse (détransitionner est souvent lié non pas au genre ressenti mais aux pressions extérieures), et cite notamment Autumn Sandeen, activiste trans’: « La façon dont il s’identifiait est importante. Nous ne pouvons pas choisir au cas par cas comment nous voudrions identifier les gens. Je milite pour cela, mais mon propre militantisme me frustre. »

Un article mentionné par la Revue de web de Yagg vous intéresse mais vous ne comprenez pas la langue dans laquelle il est écrit? Demandez l’aide des yaggeuses et des yaggeurs sur le groupe La Revue de web de Yagg en VF.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.