Les Oublié(e)s de la Mémoire, association qui travaille à la connaissance et à la reconnaissance de la déportation pour motif d’homosexualité, se félicite. La ville de Mulhouse s’apprête à honorer la mémoire des déportés pour homosexualité, par une plaque commémorative.

« Le 25 novembre 2005 disparaissait Pierre Seel, seul déporté français pour motif d’homosexualité à s’être publiquement exprimé sur son vécu [ndlr: notamment à travers un livre Moi, Pierre Seel, déporté homosexuel] et à avoir lutté pour la reconnaissance de cette déportation. (…) C’est à Mulhouse que Pierre Seel a grandi et que sa vie a basculé lorsqu’il fut convoqué par la Gestapo le 3 mai 1941, avant son emprisonnement puis son internement au camp de Schirmeck-Vorbrück six mois durant », raconte l’association Les Oublié(e)s de la Mémoire.

La plaque commémorative en mémoire de Pierre Seel sera donc installée en façade d’un édifice municipal de Mulhouse, en mémoire également des autres Mulhousiens anonymes ayant connu un sort similaire.

INAUGURATION EN MAI 2010
« Une fois obtenues les dernières autorisations administratives, nous serons en mesure de procéder à l’inauguration de cette plaque au mois de mai 2010, autour d’une manifestation culturelle », explique Philippe Couillet, président de l’association.

Déjà, en février 2008, la ville de Toulouse honorait la mémoire de Pierre Seel en nommant une rue à son nom, grâce à cette même association.

Quatre ans après la disparition de Pierre Seel, les Oublié(e)s de la Mémoire poursuit son travail visant à inscrire dans le patrimoine civil la reconnaissance de la déportation pour motif d’homosexualité. L’association travaille actuellement sur un autre projet: l’apposition d’une plaque commémorant l’ensemble des internés et déportés pour motif d’homosexualité sur le site de l’ancien camp de concentration de Natzweiler-Struthof, également en Alsace.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.