Le blog gay américain Good As You a ressorti des archives un article absolument savoureux paru le 24 janvier 1906 dans le Lincoln Evening News. Nous ne résistons pas au plaisir de vous en livrer la traduction (les intertitres sont de la rédaction):

« Aucune loi n’interdit à une femme d’épouser une autre femme

Kansas City, 24 janvier

Pauline Webster, la femme qui, sous le nom de John Whittman, a « épousé » Mademoiselle Etta Jelley de Sheffield, échappera probablement à tout châtiment réel pour son geste. Il ne semble pas y avoir de loi en vertu de laquelle elle peut être inculpée d’une infraction plus grave que le délit d’avoir porté des vêtements d’homme.

La femme a quitté les locaux de la police et a été confiée à la gardienne Madame Anne Taggart. Son accoutrement masculin lui a été confisqué et elle s’est vu remettre des vêtements féminins.

« Gus » Condor, le propriétaire du diner à l’angle de la Première et de la Grand rue, a apporté au commissariat une photo montrant Pauline Webster, vêtue en homme, avec un autre homme et une femme. Condor affirme que Mademoiselle Webster, ou « John Wittman » fut son employé, et à l’époque se disait marié.

« Je ne sais pas qui la femme et l’autre homme de cette photo sont », a déclaré Condor, « mais la femme de la photo m’a été présentée par « Whittman » comme sa femme. C’était il y a environ six mois. »

La photo a été montrée à la prisonnière travestie et elle a reconnu être l’une des personnes, mais nié avoir jamais été « mariée » avant vendredi dernier, ni avoir jamais présenté une autre femme que Mademoiselle Jelley comme son épouse.

PAS DE FAUX TÉMOIGNAGE
Mademoiselle Webster n’a pas fait de faux témoignage pour obtenir son certificat de publication des bans. Le serment pour ce certificat est comme suit:
« Je jure solennellement être âgé de — ans, que nous sommes tous deux célibataires et non mariés, pas cousins germains, et que nous pouvons légalement contracter et être unis par le mariage. »

Dans la mesure où aucune loi n’interdit à une femme d’en épouser une autre, il ne peut être illégal de contracter cette relation.