« Kevin, 21 ans, aime marcher avec des talons, a vomi pendant qu’il faisait l’amour, fait le ménage nu en chaussons ». Si ce type de CV express ne vous inspire rien, c’est que vous n’êtes jamais tombé sur Next Made in France, diffusé sur Virgin 17. Dans ce programme de dating ouvert aussi bien aux hétéros qu’aux gays et aux lesbiennes, les candidats rivalisent de classe à l’écran – « Salut, je m’appelle Pierre-Antoine et j’ai 20 ans. J’attends une bonne grosse mise en bouche » – mais c’est ce qui fait son charme au troisième degré. Anne-Charlotte Cassigneul, productrice déléguée chez Coyote, revient sur le succès de l’émission et sur l’image parfois limite qu’elle renvoie des gays.

UNE DEUXIÈME SAISON DEPUIS LA RENTRÉE
Coyote a décidé, voilà un an d’adapter Next, l’émission de dating américaine, confortée dans cette idée, d’après Anne-Charlotte Cassigneul, par le succès de l’émission aux États-Unis. Le résultat est probant puisque la première saison a très bien fonctionné et que la chaîne de la TNT propose depuis la rentrée la deuxième saison de l’émission.

Son concept, qui dépoussière les émissions de dating et ringardise à jamais Tournez manège est simple: cinq personnes sont réunies dans un bus, et sortent à tour de rôle pour rencontrer un candidat, qui a la possibilité de s’adonner à une activité avec eux ou de les renvoyer « manu militari » dans le bus en s’exclamant « Next! » (« au suivant! »). Next Made in France, comme son cousin américain, met en scène aussi bien des homos que des hétéros et particularité inédite de la deuxième saison, selon Anne-Charlotte Cassigneul, des bisexuels. La productrice souligne que Coyote ne s’est pas posé de question à ce sujet: « aux États-Unis, la version gay existait et il nous a paru indispensable de la proposer également ».

LES FILLES SONT PLUS « DIFFICILES »
Chaque saison compte 25 épisodes, composés de deux modules, comprendre deux rendez-vous. « Sur ces 25 rendez-vous, pour la saison 2, on recense cinq modules gays, quatre lesbiens et trois bis », détaille Anne-Charlotte. La productrice se défend de donner une image caricaturale de la communauté homo. « Ce n’est pas notre objectif. Next Made in France est un jeu et les candidats sont avant tout là pour s’amuser ». Elle reconnaît cependant que dans quelques épisodes de la saison 2, les gays sont particulièrement extravertis, un euphémisme… « Les candidats se lâchent, mais nous les montrons tels qu’ils sont dans la réalité. D’ailleurs, il est beaucoup plus facile de tourner avec des gays qu’avec des hétéros. Ils sont plus ouverts et ils déconnent plus facilement entre eux ». Du pain béni pour la production! Mais, à sa décharge, l’image que le programme livre des hétéros n’est guère reluisante non plus. De plus, Anne-Charlotte Cassigneul argue qu’elle n’a reçu aucune réclamation officielle de la part des associations. A contrario, les filles sont plus « difficiles », d’après la productrice. Elles ne se présentent pas naturellement au casting. D’ailleurs, la première saison de Next Made in France ne compte qu’un seul épisode lesbien. « Nous avions eu du mal à trouver des candidates, mais elles sont beaucoup plus nombreuses à s’être présentées pour la deuxième saison ».

À la question, que tous les fidèles de l’émission se posent, du manque de naturel des candidats qui semblent réciter un texte appris par cœur, la productrice oppose un démenti formel. « La version américaine est très très écrite, mais nous, nous nous contentons de guider les candidats, ce qui est parfois nécessaire car ils ne sont pas habitués à passer à la télévision. Mais nous ne leur mettons pas les mots dans la bouche ». Une formule qui plairait à la majorité des candidats gays de l’émission…

Pour les aficionados du programme, la fin de la saison 2 sera programmée prochainement sur la chaîne le vendredi en deuxième partie de soirée et de nombreuses rediffusions des deux saisons sont déjà en cours.

Agnès Frémiot

La bande-annonce de la saison 2:


Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.