Le 13 octobre dernier (lire article précédent), une proposition de loi a été déposée au Parlement de Kampala, la capitale ougandaise, sous le nom de « Anti-homosexuality Bill 2009 ». Elle prévoit des peines de mort et d’emprisonnement à vie pour les homosexuels et devrait être votée en janvier 2010.

Une première manifestation contre cette proposition de loi s’est organisée le 7 novembre dernier à Londres (infos et vidéo), deux autres se préparent pour demain jeudi 19 novembre aux États-Unis, l’une à Washington devant l’ambassade ougandaise (organisée par l’association Global Equality) et l’autre à New York devant les bureaux de la Mission ougandaise pour les Nations Unies. Enfin, l’organisation IGLHRC (Commission internationale des Droits de l’Homme LGBT) prévoit également une manifestation devant l’ambassade ougandaise de Pretoria en Afrique du Sud mardi prochain.

Festus G. Mogae, ancien président de la République du Botswana et actuel président de l’association « The Champions for an HIV-Free Generation », s’est également fermement opposé au passage de cette loi ainsi que sur une deuxième proposition de loi liée à la première sur la prévention sida qui « va à l’encontre des recommandations internationales, stigmatise et discrimine un groupe de personnes particulièrement vulnérable à cette infection et criminalise les hommes qui ont des rapports sexuels avec des hommes (…), ce qui s’avère contreproductif pour le mouvement d’accès universel à la prévention, aux traitements et aux soins contre le VIH ».

EXODUS ET LE « PROBLÈME » DE L’HOMOSEXUALITÉ
Même Exodus, association chrétienne évangéliste, hostile à l’homosexualité et spécialiste de la « libération » des homosexuels, s’engage fermement contre cette proposition de loi et publie sur son site une lettre envoyée au président ougandais Yoweri Museveni. Elle use d’arguments qui n’évitent ni les amalgames ni la discrimination, tels que: « (…) les crimes sexuels à l’égard des enfants doivent être fermement punis, cependant lorsqu’il s’agit d’une relation homosexuelle consentie entre adultes le problème n’est pas le même (…) bien sûr, l’homosexualité n’est pas souhaitée par Dieu pour les Hommes, mais nous pensons que retirer la vie et la liberté aux individus n’est pas la réponse appropriée à ce problème (…) l’église ne serait alors plus en mesure d’aider ceux qui pourraient s’en sortir (…) beaucoup de ceux que nous avons aidé ont lutté contre leur attraction (…) et vivent aujourd’hui en accord avec la foi chrétienne ». Pour résumer leur pensée, contrairement aux pédophiles les homos sont soignables, donc ne les tuons pas! Merci, c’est gentil!

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.