C’est un très beau rendez-vous que propose Canal+, ce mercredi soir, à 22h25. Ce Habillées pour l’été 2010, nouvel épisode des aventures de Mademoiselle Agnès (devant la caméra) et de Loïc Prigent (derrière) dans le monde impitoyable de la fashion au moment des défilés, est sans doute leur meilleur à ce jour.

MÉLANCOLIE ÉTRANGE
Abandonnant le montage speedé et déconnant qui a fait la marque de fabrique et le succès de l’émission (mais qui a été tellement copié ailleurs), Loïc Prigent opère une sorte de virage minimaliste d’un chic absolu. Comme ces longs plans de Mademoiselle Agnès poireautant au défilé de Gaspard Yurkievich, de fans silencieux au bord des larmes, ou encore de Janet Jackson, l’air absent, au show Jean Paul Gaultier, avec juste cette mention « Janet est triste » (voir photo). Il se dégage de l’ensemble une mélancolie étrange, servie par des images souvent sublimes, comme cette interminable procession de mannequins au défilé Lanvin par Alber Elbaz (voir photo) – le défilé était déjà magnifique à la base.

Signalons également ce moment très émouvant où Mademoiselle Agnès rend visite à Maxime Simoëns, un tout jeune créateur, véritable génie de la broderie, et qui confie, un brin gêné: « Mon travail, c’est mon amour ». Les larmes montent alors aux yeux d’Agnès (voir photo). Et des nôtres aussi. La jeune création française, mal ou pas du tout soutenue par les institutions hexagonales, c’est le credo de ce Habillées pour l’été 2010 (et de Donald Potard, sur son blog Yagg!), qui prend exemple sur la vitalité de New York et de Londres. Une émission glamour et en colère. On ne pouvait pas rêver mieux.

La bande-annonce de l’émission:
httpv://www.youtube.com/watch?v=7nxOl6qNhQ8
Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo, cliquez ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.