Diplomatie et droits humains seraient-ils incompatibles? Une question que l’association Act Up-Paris se pose dans un communiqué de presse lorsque la France, pays des Droits de l’Homme, accueille sans sourciller les chefs d’États homophobes.

En quelques jours, Nicolas Sarkozy aura invité à sa table le président syrien et le président irakien avant de se rendre en Arabie Saoudite ce mardi. Le tout sans dénoncer ni même évoquer les persécutions dont font l’objet les LGBT dans ces pays. Rappelons qu’en Syrie l’homosexualité est passible de peines de prisons et qu’en Irak et en Arabie Saoudite, elle fait l’objet de condamnation à mort.

La France s’était pourtant récemment attachée à dénoncer un projet de loi en Ouganda visant à punir de peine de mort l’homosexualité. Mais paradoxalement, lorsque le président accueille à bras ouvert le président syrien Bachar el-Assad, il ne s’interroge plus sur le sort des homos. Aucun mot de la part d’Alexandre Masure, pourtant ambassadeur chargé des Droits de l’Homme. Rien non plus sur les tortures et les assassinats en Irak. Silence, toujours, sur les tribunaux saoudiens qui en appliquant la charia condamnent à mort par lapidation ou flagellation l’acte de sodomie.

L’AMNÉSIE RÉGULIÈRE DE LA FRANCE
Act Up s’interroge alors sur l’amnésie régulière de la France qui se félicite de ses initiatives contre l’homophobie mais qui reçoit l’instant d’après, en grande pompe, les persécuteurs. Qui s’engage parfois contre un projet de loi, mais « oublie » de dénoncer le refus de l’accès aux soins dans la gestion de l’épidémie du sida pour ces minorités sexuelles.

Par ce communiqué de presse, Act Up-Paris demande à notre chef d’État de condamner fermement ces actes de violences à l’égard des LGBT et d’octroyer le droit d’asile aux personne persécutées dans leur pays d’origine en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.