Louis Nicollin, le président du club de foot de Montpellier, a été sanctionné ce lundi par le Conseil national de l’éthique de la Fédération française de football: deux mois fermes d’interdiction de toute fonction officielle et deux mois avec sursis. Le 31 octobre dernier, à l’issue d’un match contre Auxerre comptant pour la 12e journée de Ligue 1, Louis Nicollin, très remonté contre le capitaine de l’équipe adverse Benoît Pedretti dont il estimait qu’il avait provoqué l’expulsion de l’un de ses joueurs, avait menacé ce dernier et l’avait traité de « petite tarlouze », en direct devant les caméras de Canal+, suscitant l’indignation des associations dont Paris Foot Gay et le Collectif contre l’homophobie (lire notre article).

Dans notre sondage, à la question « Pensez-vous que Louis Nicollin, président du club de football de Montpellier, devrait être poursuivi pour injure à caractère homophobe? », vous êtes 55% à avoir répondu « oui », contre 42% à avoir répondu « non ».

[mise à jour, 17 novembre, 15h45] « Nous sommes satisfaits de cette condamnation à l’égard d’un dirigeant emblématique du football français », explique Paris Foot Gay dans un communiqué. « Nous regrettons toutefois que le caractère homophobe des propos tenus par M. Nicollin n’ait pas été précisé. En outre, M. Nicollin estime que faire des excuses à Benoît Pedretti est amplement suffisant. Ainsi, le fait d’insulter pour la troisième fois en un an la communauté homosexuelle semble ne pas poser de cas de conscience au président du club montpelliérain. C’est pourquoi nous demandons à la Mairie de Montpellier d’intervenir, afin d’imposer au Montpellier H.F.C la signature de la charte contre l’homophobie, ainsi que l’obligation de diffuser le clip contre l’homophobie cofinancé par la LFP. »

Illustration La p’tite Blan

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.