Créé lors de la dernière édition du Printemps de Bourges, Le Cabaret Bouffe de l’Extraordinairissime Alberto Morillo débarque enfin à Paris pour une représentation exceptionnelle dans le cadre de la soirée de lancement du festival du film LGBT de Paris, Chéries-Chéris, ce dimanche 15 novembre.

Un cabaret orgiaque qui pousse les limites du genre dans une boulimie de bouffonneries protéiformes et non moins protéinées. Ce spectacle pluridisciplinaire est le fruit de la collaboration d’un gang d’artistes phares venus de tous les horizons de la scène LGBT alternative: Monsieur K, Monsieur Katia, Corrine, Madame H, Déborah Dégouts, Tom de Pékin et le Flaming P. Project (ex-Flaming Pussy), entre autres, qui se retrouvent comme les membres d’une grande famille transpédégouine éclatée partageant l’enthousiasme des retrouvailles.

Dans cette famille en recomposition, Christine Guin serait la cousine lesbienne qui fait du rock. Elle a fondé le Flaming Pussy en 2003, en plein boum riot girls, lors des fameux mercredis rock du Pulp de l’époque. Depuis, les girls ne sont plus du tout riot, le Pulp a fermé et le groupe a beaucoup évolué, allant jusqu’à maquiller gentiment le Pussy en un sobre P. Mais Christine, fier pilier du projet de départ est toujours là, garante de la flamme du Project.

Nous sommes allés à sa rencontre à l’occasion du dernier concert parisien de son Flaming P. Project le 17 octobre dernier au Showcase. Entourée de sa bassistes et de ses choristes (parmi lesquels Monsieur K), la rockeuse évoque sa musique, ses années Pulp, les collaborations (notamment avec Tom de Pékin), la scène LGBT, les projets. Entretien.

httpv://www.youtube.com/watch?v=YsvgIlXTJs0

Si vous n’arrivez pas à lire la vidéo, cliquez ici.

Le Cabaret Bouffe de l’Extraordinairissime Alberto Morillo, dimanche 15 novembre à 20 heures au Divan du Monde.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.