Yagg a assisté à la générale du Soweto Gospel Choir au Théâtre du Châtelet (voir vidéo ci-dessous). Le chœur sud-africain, pour la première fois en solo à Paris, donne à entendre son riche répertoire, jusqu’au 9 novembre. Courez-y!

ÉNERGIE BRUTE
Dès le premier numéro, on comprend le succès de ce chœur qui n’a pas dix ans d’existence. Mélange de rythme et de couleur, d’énergie brute balancée à la face du public – des U.V. pour le cerveau – de l’enthousiasme à revendre, et, indiscutablement, de la musique à entendre. De la musique de toutes sortes: traditionnelle gospel, ethnique, des numéros flirtant parfois avec le rap, quelques titres aux saveurs funky, le tout dans 16 des 20 langues que compte l’Afrique du Sud.

La qualité bien particulière de ces voix sud-africaines procure des plaisirs… inouïs: très riches en harmoniques, placées très haut et « dans le masque » – légèrement nasales. Ces timbres sont amples et colorés comme les costumes mi-modernes mi-traditionnels qu’arborent les membres de l’ensemble vocal.

Bien loin du concert statique, le Soweto Gospel Choir gratifie le public de numéros chorégraphiés jusqu’à l’acrobatie. La dynamique d’ensemble n’en est que plus fulgurante encore. On sort du concert comme régénéré, empli d’une énergie presque animale, en savourant déjà le moment où l’on va mettre chez soi l’un des disques du Soweto Gospel Choir pour s’en faire une autre petite dose.

Christophe Mirambeau

Le Soweto Gospel Choir, jusqu’au 9 novembre, au Théâtre du Châtelet. Plus d’infos ici.

httpv://www.youtube.com/watch?v=mhwR6mWIkXE

Si vous n’arrivez pas à voir la vidéo ci-dessus, cliquez ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.