Pour la deuxième fois depuis son arrivée sur la communauté Yagg, nous mettons en avant un post de Septembre – qui se trouve justement être notre yaggeuse de la semaine. Si sa plume vous touche et que vous voulez en lire plus, inscrivez-vous à la communauté en cliquant ici!

Gipsy Gouines, par Septembre

L’autre jour, j’ai cru que j’avais trouvé une perle rare. On m’a dit: « dis-donc, tu savais que S*** jouait de la guitare? Et elle touche sa bille, hein… tu devrais aller voir ses vidéos sur youyoutube ». Ok, une connaissance qui aurait un véritable don pour la guitare et qui s’y adonnerait corps et âme? Pourquoi pas? Las… Ladite vidéo présentait une version involontairement déstructurée d’une fadasse chanson pop des eighties, dont la version originale manquait déjà de relief. À travers la jeune S***, je me suis vue à 16 ans, en train d’essayer de ressusciter Foxy Lady sur ma Takamine classique. À cette époque-là, à défaut de passer la première mesure, j’avais expérimenté le solo de honte. Je ne pensais pas que, sans public et dans l’intimité de ma chambrette, on pouvait ressentir une telle humiliation. Alors voir S*** partager avec, potentiellement, la planète entière, sa version post-apocalytique d’un Goldman, ça m’a laissée perplexe.

Il y a un paquet de gens créatifs chez les invertis. Dès qu’on jette un œil dans le domaine artistique, on ne manque pas de rencontrer tel illustre peintre, tel célèbre auteur, tel musicien de renommée, tel acteur de génie qui se révèle être, par la même occasion, homosexuel. Comme, il y a quelques années, un adolescent encore béotien dans le domaine des beaux-arts me le confia, avec une délicatesse toute digne de ses quinze ans: « wow, mais de toute façon, les artistes, y z’étaient tous pédés, ou drogués, ou alcoolos ».

Bon, mais force est de constater que l’artiste lesbienne de grande envergure est une engeance assez rare. En fait on trouve surtout des artistes lesbiennes d’envergure confidentielle. À la question « citez un artiste homosexuel », ce sont d’abord les grands noms masculins qui vont surgir. Mais de représentantes du beau sexe ayant la stature d’un Cocteau, par exemple, point. Je serai capable de parier sereinement que je vais me marier avec le premier ou la première qui lâche tout de go un nom féminin aussi connu que celui sus cité. Des personnalités médiatiques, d’accord, il y en a; des icônes Riot Grrrrrl, oui, soit; des contestataires folkeuses, ok; des performeuses en cuir ou dentelle, moui; des écrivaines d’honnête facture (ou pas), peut-être… Mais des génies capables de faire se prosterner l’humanité devant leur art?

Il est temps de remédier à cela, girls.