La chronique de Jan Moir dans The Daily Mail la semaine dernière avait déclenché un tollé (lire notre article). Parue la veille de l’enterrement du chanteur de Boyzone, on pouvait y lire parmi d’autres propos incohérents et injurieux, que le style de vie gay de Stephen Gately expliquait son décès prématuré.

RECORD DE PLAINTES
Face aux violentes réactions provoquées par sa chronqiue, Jan Moir avait simplement fait paraître un communiqué pour se plaindre de « la campagne internet orchestrée » contre elle. Depuis, le Press Complaints Commission (PPC – institution de surveillance de la presse) a enregistré 25000 plaintes (un record historique), Polydor (compagnie de disques de Boyzone) a demandé une enquête et les annonceurs du Daily Mail ne veulent plus figurer sur les pages écrites par Jan Moir.

Cependant, cette dernière travaille toujours pour The Daily Mail et la chronique incriminée reste en ligne (le site a enregistré une augmentation de visites de 21 % le jour de sa parution). Sa chronique hebdomadaire est parue aujourd’hui comme à son habitude et Jan Moir y revient sur « l’affaire ».

On y trouve – à la huitième ligne seulement – une excuse à l’intention des proches de Stephen Gately pour avoir publié la chronique la veille de l’enterrement. Mais pas d’excuse pour le contenu. Pendant tout le reste de l’article (72 lignes en tout), Jan Moir explique que les lecteurs ont « mal compris » et tente de justifier ses propos. Ce qui n’est pas aisé, il faut en convenir, et d’ailleurs, elle n’y arrive pas.

« RÉACTION HYSTÉRIQUE ET SURDIMENSIONNÉE »
Tour à tour, elle répète ce qu’elle avait déjà écrit (« on peut quand même se demander ce qui s’est vraiment passé cette nuit-là »), elle se contredit (dans le premier article Stephan Gately « ne savait pas chanter « , dans le deuxième il devient « un jeune homme talentueux »), et elle se lamente surtout encore sur son sort, soulignant qu’elle a été victime d’une « réaction hystérique et surdimensionnée », mise en place par des « groupes de pression ». Elle écrit aussi avoir reçu « des milliers de lettres et de mails de soutien » en provenance de la « majorité silencieuse », celle qui pense qu’on « a le droit de s’interroger sur le style de vie de quelqu’un sans être traité d’homophobe »…

Comme l’écrivent plusieurs internautes ayant laissé des commentaires après l’article: visiblement, Jan Moir n’a toujours rien compris. Elle n’a pas non plus dû lire ce que sa collègue du Daily Mail, Street-Porter, a écrit il y a quelques jours: « Stephen Gately est mort de causes naturelles, pas de honte ».

Neel Chrillesen

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.