Quoi? Les Frankie Goes To Hollywood sortent un nouveau disque? Oui mais, ça va, « relax », ce n’est qu’un best-of et ce n’est d’ailleurs pas le premier, ni le deuxième, mais bien le troisième! En effet, le groupe, boosté par le succès d’une pub synchronisée sur leur plus gros tube, prépare la sortie d’un greatest hits pour début novembre intitulé Frankie Says Greatest.

UN GROUPE PHARE DE LA SCÈNE HOMO NEW WAVE ANGLAISE DES ANNÉES 80
Frankie Goes To Hollywood, groupe phare de la scène homo new wave anglaise early 80’s, qui a porté le même rainbow-flambeau que les Bronski Beat de Jimmy Somerville et autres Culture Club de Boy George, se démarque très vite en combinant un son power-pop audacieux teinté d’electro, des textes explicites et une imagerie queer-en-cuir so outrageous pour l’époque. Il frappent fort dès le premier single en 1984 avec le sulfureux Relax qui, malgré la censure de la BBC qui est allée jusqu’à l’interdire de Tops of the pops alors qu’il était numéro 1, une première, est un tube instantané et devient très vite un véritable et inévitable hymne gay.

DEUX ALBUMS, TROIS BEST-OF…
Malgré ce succès fulgurant très prometteur, le quintet de Liverpool n’aura sorti que deux albums studio en seulement trois ans de carrière (Welcome To The Pleasure Dome et Liverpool). C’est short. Ce qui n’empêchera pas le groupe de trouver suffisamment de matière pour publier deux best-of: un premier, Bang! en 1993, et un deuxième, Maximum Joy en 2000.

Aujourd’hui, un quart de siècle après Relax, mine de rien, le groupe revient avec un troisième best-of intitulé Frankie Says Greatest (à paraitre le 9 novembre), et ce, grâce à la campagne de pub de la compagnie aérienne Virgin Atlantic qui, dans l’un des spots célébrant ses 25 ans, a utilisé Relax pour illustrer le flashback en 1984 nécessité par le scénario, remettant ainsi la chanson au goût du jour. « Nous sommes très heureux que notre publicité ait pu aider à convaincre Frankie Goes To Hollywood à faire son comeback. Les fans de pop des années 80 seront ravis », confient les responsables de la compagnie au Mirror.