Nicolas SarkozyDans une longue interview donnée au Figaro et mise en ligne hier jeudi, Nicolas Sarkozy revient notamment sur l’affaire Mitterrand et réaffirme sa confiance au ministre de la Culture et de la Communication. « Je suis président de la République. Je dois défendre certaines valeurs, explique-t-il. Je ne laisserai donc personne assimiler homosexualité et pédophilie. C’est un retour au Moyen-Age qui fait honte à ceux qui ont employé cet argument. Quand je vois le porte-parole du PS, emboîter le pas à Marine Le Pen et avec quel enthousiasme! Je me demande où sont passées les valeurs humanistes de ce grand parti républicain. Frédéric Mitterrand n’a jamais fait l’apologie du tourisme sexuel et il l’a même condamné en termes très forts. Il ne faut pas confondre confessions intimes avec prosélytisme. Le livre est intitulé La Mauvaise vie, c’est assez clair. » Notons au passage que le président de la République n’emboîte jamais le pas aux idées du Front National, ô grand jamais…

« JE NE SAIS POURQUOI, JE T’AIME »
Nicolas Sarkozy, toujours, avec cette petite phrase prononcée par ce dernier, révélée par le Financial Times et repérée par Slate.fr. Il y a un an, en pleine crise financière, Nicolas Sarkozy aurait dit au Premier ministre britannique Gordon Brown: « Tu sais, Gordon, je ne devrais pas t’aimer. Tu es écossais, nous n’avons rien en commun et tu es un économiste. Mais, je ne sais pourquoi, je t’aime », avant d’ajouter furtivement « mais pas de manière sexuelle ». Il y a un an, Gordon Brown était présenté comme le sauveur du système bancaire, rappelle Slate. Un « état de grâce » qui a fait long feu, comme les mamours entre Brown et Sarkozy.

Photo Le Figaro

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.