Pendant la manifestation de l’Existrans, samedi 10 octobre, entre le métro Jourdain et la place de la République, dans le quartier de Belleville à Paris, Yagg a interviewé des militant-e-s trans’, parfois représentant-e-s d’associations, de partis politiques ou de collectifs concernés par la question des droits des trans’. Selon les organisateurs, 2000 personnes ont défilé derrière une banderole sur laquelle était inscrit: « Bachelot au boulot avec/pour les trans’ et les intersexués ».

Sophie Lichten pour GayLib et Camille Barré, co-animatrice du collectif Inter Trans’ et membre du PCF, rappellent qu’après les déclarations de Roselyne Bachelot en mai dernier, beaucoup reste à faire. Même si selon Lalla Kowska-Régnier, le regard a changé sur les trans’, Pascale Ourbih, pour Les Verts, regrette de son côté qu’aucune loi ne pénalise la transphobie.

Une cinquantaine d’associations et de partis politiques ont défilé, parmi lesquels l’Inter-LGBT, le Centre LGBT Paris IDF, Act Up-Paris, SOS Homophobie, Homosexualités et Socialisme (HES), Le Nouveau parti anticapitaliste (NPA), le PCF ou encore Les Verts.