Paris Foot Gay et Créteil Bébel devaient disputer dimanche dernier un match de coupe officiel organisé par la Commission Football Loisirs (CFL). À la veille de la rencontre, le club de Créteil Bébel a envoyé un mail pour se désister, invoquant les convictions religieuses: « Désolé mais par rapport au nom de votre équipe et conformément aux principes de notre équipe, qui est une équipe de musulmans pratiquants, nous ne pouvons jouer contre vous, nos convictions sont de loin plus importantes qu’un simple match de foot, encore une fois excusez-nous de vous avoir prévenu si tard ». Cette discrimination est une première dans le championnat, souligne Paris Foot Gay dans un communiqué.

UN CHEVAL DE BATAILLE
Paris Foot Gay combat depuis 2003 toute forme de racisme et d’homophobie au sein des clubs. Dans ce club ouvert aux joueurs hétéros comme homosexuels, les religions et les origines se mélangent pour lutter contre les préjugés. C’est ainsi qu’est née la Charte contre l’homophobie le 8 juin 2008 afin d’établir des règles de bonne conduite, charte signée par le PSG ou l’AJ Auxerre pour la L1 et par quelques équipes de divisions inférieures.

Interviewé ce matin par France Info, Pascal Brethes, le président de Paris Foot Gay, s’est dit sidéré par un tel comportement en 2009. Zaïr Belgherbi, le président du Créteil Bébel, a quant à lui présenté ses excuses « si quelqu’un s’est senti blessé ou vexé ».

Paris Foot Gay envisage néanmoins aujourd’hui de porter l’affaire en justice et demande à sa commission des sanctions adéquates. Créteil Bébel risque l’expulsion s’il refuse à nouveau de disputer le match.

[Mise à jour, 15h52] Dans un communiqué, la Ville de Paris « tient à réaffirmer son soutien au Paris Foot Gay dans sa lutte contre l’homophobie et pour le dépassement des préjugés qu’ils soient culturels, sociaux ou sexuels. La vocation du sport est de rassembler par-delà ces différences et de resserrer les liens entre les différentes composantes de la société. Le refus de jouer un match au seul motif de l’orientation personnelle des joueurs adverses est un fait particulièrement grave et contestable. Depuis sa création, le Paris Foot Gay véhicule les valeurs essentielles de respect des autres, de diversité, de tolérance et de générosité. La Ville de Paris restera inflexible face aux atteintes portées à ces principes et continuera à mener une action déterminée contre toutes les discriminations. »

[Mise à jour, 16h52] Dans une lettre adressée à Pascal Berthes, le président de Paris Foot Gay, Ian Brossat, président du groupe Communistes et élus du Parti de gauche au Conseil de Paris, dénonce un « acte grave de discrimination ». « Ce triste événement doit être l’occasion de réaffirmer fortement la nécessité de combattre les préjugés hostiles aux homosexuels », écrit-il. « C’est dans cet esprit que vous menez une action remarquable dans le monde du football. Je tenais à vous faire part de mon entière solidarité dans les démarches que vous comptez entreprendre pour faire sanctionner l’attitude du Créteil Bébel par la Commission Football Loisirs et me tiens, bien entendu, à votre entière disposition pour toute intervention de ma part. »

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.