C’est quoi ce buzz? Vendredi, un post sur Bug Brother, le blog du journaliste Jean-Marc Manach, enflammait la toile LGBT, et notamment Facebook. Son titre: « Vanneste veut interdire les travestis ». Le point de départ, une proposition de loi du député UMP du Nord « visant à interdire l’ensemble des vêtements ou accessoires permettant de masquer l’identité d’une personne ».

Évidemment, ça inquiète, surtout lorsque le NouvelObs.com en rajoute une couche, en parlant d' »identité sexuelle » (l’adjectif a depuis été retiré et le titre modifié, sans que la mise à jour ne soit signalée, mais l’url ne ment pas). Le texte de Christian Vanneste vise en réalité – mais est-ce vraiment mieux – la burqa et le niqab.

L’emballement pousse Jean-Marc Manach à une mise à jour: « visiblement, certains (notamment en commentaires) n’ont pas compris l’ironie du titre de ce billet. Christian Vanneste n’a pas rédigé sa proposition de loi pour « interdire » les travestis, mais sa rédaction, en l’état, laisse grande ouverte la porte à ce type d’interprétation ».

« JE N’AI PAS CITÉ LA GAY PRIDE, MAIS J’AURAIS PU »
« Ma proposition de loi admet bien sûr des exceptions, liées notamment aux exigences de la médecine ou aux activités ludiques comme le carnaval », répond Christian Vanneste sur son blog. « Je n’ai pas cité la Gay Pride, mais j’aurais pu… Il se trouve que certains, manifestant quelques préjugés obsessionnels à mon égard, ainsi que quelques sujets de préoccupations tout aussi obsessionnels de manière générale, ont pensé que mon texte visait, sous les plis de la Burqa, la liberté du travesti. Qu’ils se rassurent, je n’y avais même pas pensé, et je ne vois pas en quoi celui-ci serait concerné dès lors que son visage apparaîtrait avec ou sans perruque. »

Des préjugés obsessionnels à son égard? On se demande bien pourquoi… Il n’empêche, il y a fort à parier que le grand gagnant du buzz, si gagnant il y a, c’est Christian Vanneste, qui s’est offert un « beau moment d’hilarité ».

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.