Samedi 26 septembre, dans plusieurs villes de France, au même moment (à 16 heures), des homos s’embrasseront en public pour dénoncer l’homophobie et proclamer haut et fort, dans la joie et la bonne humeur, qu’il ne faut plus se cacher, et être fier-e de son identité.

On doit cette idée des kiss-in à Arthur et à Félix, deux étudiants, qui avaient organisé le premier du genre, à Paris, en face de la Tour Eiffel, en juin dernier (Yagg avait couvert l’événement, voir la vidéo ici). Un autre kiss-in, à Dijon cette fois-ci, avait été organisé un mois plus tard.

Le phénomène a donc pris de l’ampleur au fil des mois, et ce sont pas moins de 13 villes qui ont répondu à l’appel pour demain (voir les événements sur la communauté Yagg pour Paris, Nice, Montpellier, Clermont-Ferrand, Amiens, Toulouse, Marseille, Bordeaux, Lille, Grenoble, Tours, Dijon et Strasbourg).

Félix (photo ci-contre), co-organisateur, répond aux questions de Yagg, à la veille du grand jour.

FélixEs-tu surpris par cette mobilisation? Quelles sont les villes les plus mobilisées? J’avoue que quelque part oui, je suis agréablement surpris! Quand j’ai commencé à militer dans une association étudiante il y a deux ans, j’ai vite découvert que mobiliser les gens n’était pas une chose facile. Du coup, je ne m’attendais pas à ce que les kiss-in trouvent autant de partisans. Alors, bien sûr – pas la peine de voir tout en rose – nous ne sommes pas encore hyper nombreux, mais on progresse. Ce qui est de loin le plus positif, c’est qu’on a fait connaissance avec des gens géniaux qui prennent sur eux d’organiser des kiss-in dans la ville où ils habitent et donnent de l’ampleur au mouvement. Je ne pourrais pas dire exactement les villes les plus mobilisées, il n’y a pas de compétition! En plus, certaines ont commencé plus tard que d’autres, comme Bordeaux, Strasbourg, Nice… Mais les organisateurs ont l’air de s’être vraiment bien débrouillés, et si on arrive à faire des kiss-in dans toutes ces villes au même moment, ce sera une importante victoire grâce à eux.

Crains-tu des réactions de rejet, voire de violence, de la part du public présent? Non. J’ai peut-être tort, mais je n’ai pas vraiment ces idées en tête. D’une part, si on avait tout le temps peur de se faire frapper, on n’avancerait pas, et d’autre part, les deux kiss-in qui ont déjà eu lieu se sont bien passés. En revanche, c’est vrai qu’on nous a mis en garde et fait des reproches sur le choix de la Place Carrée, au Forum des Halles, à Paris. Je ne pense pas que ce soit un mauvais choix, parce que notre but n’est pas de trouver de jolis lieux mais d’être efficaces, et de ce point de vue-là, on peut toucher pas mal de monde en faisant un kiss-in aux Halles. Malgré tout, j’ai quelques appréhensions, parce qu’on ne sait jamais comment ça va se passer. J’espère que ce sera gérable et que ça se fera dans un bon état d’esprit, mais comme c’est Arthur qui s’en occupe, ça devrait!

Que faire après les kiss-in de demain? Les étendre encore plus? Créer d’autres événements? Je pense qu’il faut trouver des moyens sympas de militer. C’est absolument essentiel. Je sais qu’il y a des homos qui souffrent, que l’homophobie est une chose insupportable, mais s’il y a bien une chose à ne jamais faire – même si c’est pourtant ce qu’on a parfois le plus envie de faire – c’est se mettre à haïr ou craindre les autres et se replier sur soi – ou encore pire « vouloir se venger ». OK, il y a pas mal de bêtise et de préjugés dans le monde. ça concerne beaucoup de gens, homos compris, mais il y a aussi des points positifs et des gens de bonne volonté. Et surtout, on peut changer les choses. On va essayer d’étendre le mouvement des kiss-in, bien sûr: on n’est pas partis pour s’arrêter si vite! Mais les kiss-in ne sont pas le seul moyen possible de militer, il faut être imaginatifs. Dans tous les cas, le plus efficace, ça restera toujours de ne pas se cacher et de se faire accepter tel qu’on est par ses connaissances. Comme disait Harvey Milk dans le film de Gus Van Sant, si tous les homos « coming-outaient », on aurait déjà gagné.

Le même jour, au Royaume-Uni, les homos sont appelés à se tenir par la main dans la rue (www.adayinhand.com). Qu’en penses-tu? Que c’est une très bonne idée. C’est un peu le même principe!

  • Photos, vidéos, posts: racontez votre kiss-in sur la communauté Yagg!
    Inscrivez-vous en quelques clics sur la communauté et devenez le ou la reporter de cet événement national. Pour rejoindre le mouvement, cliquez ici.


Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.