Faire mieux que l’an dernier, ce n’était pas difficile. Après la catastrophe des Emmy Awards (ou Emmys) 2008, présentés par quatre animateurs de télé-réalité (une soirée tellement pleine de malaises qu’on se serait cru aux Sept d’or), c’est Neil Patrick Harris qui a été choisi pour redresser la barre. L’acteur qui rend l’hétérosexualité camp dans How I Met Your Mother a réussi le pari, dès son entrée en scène avec un numéro musical qui rappelle les grandes heures de Billy Crystal aux Oscars. On remarque qu’un présentateur ouvertement homosexuel, c’est aussi l’occasion de renouveler la gamme de blagues, comme celle, très drôle, sur Christina Hendricks de Mad Men et son partenaire Jon Hamm (voir la vidéo ci-dessus).

« MAD MEN » DOMINE LES SÉRIES DRAMATIQUES
C’est justement Mad Men qui sort grand vainqueur de la cérémonie, en espérant que les prix pour « meilleure série dramatique » et « meilleur scénario dramatique » encourageront les téléspectateurs à se plonger dans l’univers suffoquant mais passionnant d’une agence de pub en 1960.

Glenn Close a été récompensée pour son rôle d’avocate manipulatrice dans Damages, et Cherry Jones, la présidente de États-Unis dans 24 heures chrono, a obtenu le prix du meilleur second rôle. La série très pressée qui avait été visionnaire en imaginant un président noir le sera-t-elle à nouveau avec son « Madam president »? Le prix du  meilleur second rôle masculin est allé à Michael Emerson, le très ambigu Ben Linus de Lost, qui fera peut-être son coming-out dans la dernière saison de la série énervante? À moins qu’il ne voyage dans le temps, devine lui aussi les numéros du loto et se transforme en ours polaire avant de donner le chèque à un  mort (mais si, tout sera expliqué scientifiquement, on vous le jure!).

« 30 ROCK », PEU DE TÉLÉSPECTATEURS MAIS BEAUCOUP D’AMOUR
Pour les comédies, c’est 30 Rock qui a une fois de plus dominé le palmarès, et on s’en réjouit, tant la série ne cesse de nous épater par son originalité et, même si on regrette les apparitions de célébrités parfois un peu lourdes, la série de Tina Fey reste ce qu’on peut voir de mieux en comédies américaines, malgré des résultats décevants à l’audimat. Au passage, l’événement télévisuel de cette rentrée 2009, ce fut l’arrivé à 22h du talk-show de Jay Leno, une programmation sans précédent aux États-Unis, puisque les deuxièmes parties de soirées sont traditionnellement réservées aux séries. Dans son discours, Tina Fey a remercié la chaîne NBC de les avoir gardé à l’antenne « malgré le fait que 30 Rock coûte plus cher à faire qu’un talk-show »…

Mais 30 Rock na pas tout raflé puisque Toni Colette a été récompensée pour The United States of Tara (meilleure actrice dans un comédie) et Kristin Chenoweth (meilleur rôle secondaire) pour Pushing Daisies, laissant sur le carreau Kristen Wiig et Amy Poehler de Saturday Night Live, Vanessa Williams de Ugly Betty, Elizabeth Perkins de Weeds, et Jane Krakowski de 30 Rock. Un choix cornélien!

« GREY GARDENS », OU LE TÉLÉFILM QU’ON AIMERAIT VOIR AU CINÉMA
Belle victoire enfin pour le magnifique Grey Gardens, adaptation du documentaire culte du même nom qui montrait la déchéance de deux parentes éloignées de Jackie Kennedy. Beaucoup plus qu’une imitation parfaite de l’original, le film raconte comment cette déchéance fut le produit de l’aliénation des deux femmes au tempérament très libre par une famille traditionnelle et bourgeoise qui préférait les laisser mourir que de subir leur « excentricité ». Un coup de force, co-écrit par Patricia Rozema (When Night Is Falling) avec Drew Barrymore et Jessica Lange.

httpv://www.youtube.com/watch?v=tW5ryhrzYC4

À noter que la cérémonie sera rediffusée sur Série Club, ce soir, à 20h40.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.