Il est rare que l’Ardhis (Association de reconnaissance des droits des personnes homosexuelles et transsexuelles à l’immigration et au séjour) demande une aide matérielle, ses appels à solidarité portent généralement sur des campagnes d’appels téléphoniques ou d’envois de fax. Son nouveau communiqué est, à ce titre, remarquable, qui précise dès la première phrase qu’il porte sur « un dossier qui tient particulièrement à cœur à tous les bénévoles de l’association ».

L’Ardhis accompagne donc depuis plus d’un an une lesbienne nigériane, Victoria (prénom d’emprunt), dont la demande d’asile a été rejetée par l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides), ce qui l’a conduite à formuler un recours devant la Cour nationale du droit d’asile.

« Elle attendait l’audience de son recours comme une libération. Mais elle a hélas subi deux renvois de son audience: la première fois, la Cour n’avait pas convoqué d’interprète; la deuxième fois, elle avait convoqué un interprète en Yoruba et non pas en Anglais comme demandé! Cela fait donc maintenant un an et demi qu’elle a déposé son recours et qu’elle attend son audience. »

UNE AIDE FINANCIÈRE OU UNE CHAMBRE
« Pour lui permettre d’arriver dans un bon état psychique à sa deuxième convocation, l’Ardhis avait pris en charge le financement (270€) de deux semaines d’hôtel avant cette date. Notre association ne pourra raisonnablement pas renouveler cette dépense exceptionnelle », souligne le communiqué. L’association est donc à la recherche d’une aide financière « qui permettrait le financement d’un nouvel hébergement dans cet hôtel bon marché » ou d’une chambre indépendante avec un lit qui pourrait être mise à la disposition de Victoria.

L’Ardhis est joignable par courriel ou sur la communauté Yagg.

Au Nigeria, l’homosexualité est passible de 14 années de prison, voire de la mort par lapidation dans certains États.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.