« Ce n’est pas une interdiction de droit, mais une interdiction de fait. » C’est en ces termes que Dušan Kosanović, l’un des organisateurs de la gay pride qui devait se tenir aujourd’hui à Belgrade a commenté l’annulation de la parade.

Malgré des mois de préparation, un soutien international et l’assurance des plus hautes autorités – l’affaire est montée jusqu’au Premier ministre et au Président – que la marche serait protégée, le gouvernement a finalement cédé à la peur des violences. Depuis le début de la semaine, les médias serbes publiaient article sur article décrivant les attaques que les groupes fascistes prévoyaient à l’encontre des participants à la pride, et depuis 48 heures, la police insistait auprès des organisateurs pour qu’ils annulent l’événement, les menaçant de les tenir responsables des dégradations que causeraient les groupes fascistes, peut-on lire sur le site de la Gay Pride.

Déjà au début du mois, le premier Festival du film queer de Belgrade a dû être reporté (il est désormais prévu en novembre) pour des raisons de sécurité. La gay pride qui devait se tenir aujourd’hui aurait été la première après celle de 2001, qui s’était achevée dans un bain de sang.

Hier, le Premier ministre Mirko Cvetkovic a demandé aux organisateurs de délocaliser la gay pride, du centre-ville à un espace vert à la lisière de la ville, ce qu’ils ont refusé. « Le message de l’égalité des droits est transmis symboliquement lorsqu’un groupe marginal peut défiler dans le centre de la capitale », a déclaré l’une des organisatrices, Dragana Vuckovic, à la chaine de télévision B92, soulignant qu’il était inacceptable que la pride ait lieu « dans un champ ». « Les organisateurs de la Gay Pride considèrent néanmoins que le soutien, même tardif, du président, du gouvernement et d’autres institutions sont de bonnes bases sur lesquelles organiser une Gay Pride l’an prochain. »

« La République de Serbie a capitulé, mais pas nous, » proclament les organisateurs.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.