Qui ne connaît pas Peter Tatchell? Ce cinquantenaire dynamique, cofondateur de OutRage!, ancien du Gay Liberation Front, après une jeunesse homo-gauchiste employée à se battre contre les néo-fascistes britanniques du National Front et contre l’apartheid, est devenu un des héraults de la lutte contre les LGBTphobies partout dans le monde.

L’accord passé avec les chanteurs reggae pour arrêter les chansons appelant au meurtre des « sissyboys » c’est lui, le soutien aux LGBT irakiens massacrés c’est lui aussi, et personne n’a oublié l’image de Peter posant des menottes au dictateur Robert Mugabe, persécuteur des homos au Zimbabwe, pas plus que de cette pancarte qu’il arborait lors du mariage du prince Charles (« Il a le droit de se marier deux fois, moi pas du tout »).

ALLÉGATIONS MENSONGÈRES
Ce n’était pas du goût de certains spécialistes du tiers-monde, et il ne faut pas s’étonner si deux d’entre eux, Adi Kuntsman et Esperanza Miyake, se sont attaqués violemment à lui dans un livre, Out of Place: Interrogating Silences in Queerness/Raciality, publié par les éditions Raw Nerve Books, en 2008. L’ennui c’est que leurs opinions contenaient des allégations mensongères sur Peter Tatchell. Les lois sur la diffamation étant ce qu’elles sont au Royaume-Uni, les éditions Raw Nerve Books viennent de publier un communiqué d’excuses et de rétractation « sans réserve ».

Non, Peter Tatchell n’a jamais revendiqué le rôle de libérateur et d’expert sur les gays et les lesbiennes musulmans. Non, il n’est pas islamophobe, et ne fait pas partie de l’industrie islamophobe, pas plus que son association OutRage! Pour Raw Nerve Books, Peter Tatchell n’a jamais fait l’équation Islam=nazi, il s’est attaqué aux fondamentalistes et non aux musulmans, etc. Quant à la pétition signée contre Tatchell par des activistes africains en 2007, elle  l’avait été par des gens qui n’avaient pas lu ses textes…

On ne peut que se féliciter de cette victoire pour l’activiste. Et si le but de ces attaques était en fait d’interdire aux LGBT d’intervenir dans des affaires se passant au-delà de leurs « frontières », et surtout dans le tiers-monde, en prétextant la différence des cultures?

Le texte intégral des excuses de l’éditeur est ici.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.