Sa grève de la faim aura duré trois semaines. Alexandre Marcel, ce gay d’Alès qui se bat contre l’exclusion des gays du don du sang, était épuisé: « C’était dur. Je ne pensais pas que c’était aussi difficile », reconnaît-il. C’est un mail de François Alla, chef du pôle politiques de santé et de prévention au ministère de la Santé qui l’a décidé à y mettre un terme.

FAUSSE PROMESSE
Alors qu’il avait cessé de s’alimenter, Alexandre Marcel lui a fait une proposition: autoriser le don du sang pour les homosexuels qui déclarent ne pas avoir eu de relation sexuelle pendant une durée à définir. Dans sa réponse par mail, le conseiller promet d’analyser cette proposition. Alexandre juge le geste suffisant pour stopper sa grève de la faim. Las, quelques jours plus tard, un mail d’un autre conseiller technique, Michel Rosenheim – qu’il a déjà rencontré, lui oppose une sèche fin de non-recevoir.

L’Alésien ne compte pas pour autant se laisser faire et sur ce dossier, n’hésite pas à parler d’homophobie: « Puisqu’avec ma proposition, l’argument de la prévalence ne peut plus tenir, il ne reste que l’argument du mensonge. Or, pourquoi les gays mentiraient-ils plus que les autres? », s’insurge-t-il. Sa plainte, est quoi qu’il en soit, toujours en cours.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.