Santé
Marches des Fiertés 2014
VIH | 27.08.2009 - 11 h 58 | 42 COMMENTAIRES
La circoncision ne protège pas les gays du VIH
Publié par
La circoncision, qui est aujourd'hui réalisée parmi des hommes hétérosexuels en Afrique pour prévenir l'infection par le VIH, n'est pas efficace chez les gays, comme vient de le montrer une large étude américaine.

Le Dr Peter Kilmarx, des Centres de contrôle des maladies (CDC) américains, a déclaré mardi, lors d’une conférence consacrée à la prévention, que la circoncision « n’est pas considérée comme bénéfique » pour stopper la propagation du VIH parmi les homosexuels.

De précédentes études avaient suggéré que la circoncision n’avait aucun impact dans les rapports anaux. La dernière étude du CDC a analysé les taux d’infection chez 4900 hommes qui avaient eu des rapports anaux avec un partenaire séropositif et les résultats sont sans appel: le taux d’infection était de 3,5%, que les hommes soient ou non circoncis. Aux États-Unis, 80% des hommes sont circoncis et les homosexuels, qui représentent 4% de la population américaine, totalisent plus de la moitié des nouvelles infections chaque année.

PROMOTION DE LA CIRCONCISION
L’Onusida et d’autres importantes organisations de santé font la promotion de la circoncision dans le cadre d’une stratégie de réduction de la transmission du VIH, notamment en Afrique. Plusieurs essais, dont certains menés par l’Agence nationale de recherches sur le sida (ANRS) en Afrique du Sud, ont montré que la circoncision d’hommes adultes permettait de réduire de 60% le risque qu’ils contractent le VIH lors de rapports avec une femme séropositive. Malheureusement, le contraire n’est pas vrai et la circoncision n’a aucun impact sur les contaminations chez les femmes, comme l’a montré une étude américaine, de la Johns Hopkins School de Baltimore, rendue publique en juillet dernier.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.

Print This Post
 
LES réactions (42)
  • Par jcm 27 août 2009 - 13 H 21

    C’est bon pour réduire très considérablement l’épidémie chez les hommes hétéros, donc c’est bon tout court…. c’est quoi ce délire pour discréditer une mesure qui s’impose avec la force de l’évidence ?

     
  • Par Phil86 27 août 2009 - 13 H 53

    sauf que c’est plus compliqué que ça, jcm, gare aux raccourcis faciles :

    http://www.slate.fr/story/8205/non-la-circoncision-ne-previent-pas-le-sida

    extrait :

    « Pratiquer la circoncision à des fins préventives? Attention! Les experts soulignent que tout devra être mis en œuvre pour mettre en garde les hommes circoncis et leurs partenaires contre «un sentiment erroné de sécurité». Et bien évidemment il est indispensable de «former des praticiens et de valider leurs connaissances» et de faire en sorte que, dans les pays qui la mettront en œuvre la circoncision soit proposée et non imposée.

    Juin 2007. En France, le Conseil national du sida (CNS) rend un avis dans lequel il juge que la circoncision constitue «une modalité discutable de réduction des risques de transmission du VIH». Le CNS critique notamment les modèles mathématiques extrapolant l’impact possible sur l’épidémie d’une politique d’incitation à la circoncision et prédisant une possible diminution d’environ 2 millions des nouvelles infections et de 300.000 des décès au cours des dix prochaines années. Il estime que ce type de modèle mathématique ne tient pas compte «de données sociologiques, anthropologiques ou de la possibilité de reproduire dans la vie réelle des résultats obtenus dans des expériences encadrées». La promotion de la circoncision par les pouvoirs publics des pays africains concernés ne va-t-elle pas brouiller les messages de prévention existants et conduire à une augmentation des infections?

    Et puis juillet 2009 et ces nouvelles études qui remettent tout, ou presque, en question. La circoncision protège-t-elle aussi une femme du risque de transmission du VIH par un homme? Non, concluent en substance les auteurs de la nouvelle étude publiée par The Lancet. Ce travail a été mené sur 922 hommes séropositifs âgés de 15 à 49 ans et vivant dans le district de Rakai en Ouganda. La moitié d’entre eux avait bénéficié d’une circoncision immédiate après le diagnostic de séropositivité et l’autre d’une circoncision deux ans plus tard. Leurs partenaires sexuelles, non-séropositives, avaient également été inclues dans l’étude. »

     
  • Par Christophe Martet 27 août 2009 - 14 H 26

    Merci à Phil86 d’avoir apporté ces précisions.
    @jcm La circoncision a ceci de problématique qu’elle ne protège (partiellement) que l’un des deux partenaires. Et que les femmes sont encore trop souvent oubliées. Mais mon article et son titre sont très clairs: je parle surtout de l’inefficacité de cette mesure chez les gays.

     
  • Par Phil86 29 août 2009 - 13 H 33

    mais justement Just One – il a l’air gratiné celui là ! suffit de voir son site o_O – les lavements ça existe et puis de toute façon, avec une capote, la sodomie c’est sans problème :o)

     
  • Par expattt 01 sept 2009 - 5 H 53

    Personne n’a jamais dit que la circoncision pouvait protéger du VIH et encore moins des IST. Il a été expliqué que la circoncision REDUISAIT le risque de transmission sexuelle du VIH pour le partenaire INSERTIF (qui pénètre donc un partenaire séropositif). Réduire c’est pas protéger.
    L’étude du CDC susnommée ne fait pas cette distinction du rôle sexuel : elle donc biaisée dès le départ ! Une femme ou un homme qui se fait pénétrer sans préservatif par un séropositif circoncis ne sera évidemment pas plus ou moins protégé. Il s’agit simplemnt de bon sens biomédical ! On se demande même comment il a pu se réaliser une étude pour savoir si la circoncision d’un homme séropositif pouvait réduire le risque de transmettre le VIH a son/sa partenaire : absurde ! Du fric foutu en l’air…
    La question de la circoncision doit être replacé dans un contexte précis de réduction des risques : il y a réduction du risque de transmission sexuelle du VIH dans le seul cadre de relations sans préservatif où le partenaire insertif est séronégatif. Toute autre situation exclue la circoncision comme outil de réduction du risque.
    L

     
  • Par expattt 01 sept 2009 - 7 H 07

    Bref, le titre de votre article monsieur Martet est biaisé. La circoncision ne protège pas les gays du VIH, personne n’a jamais dit le contraire! La circoncision réduit le risque de transmission du VIH entre un partenaire séropositif passif et un partenaire séropositif actif. Voilà tout. Ni plus, ni moins. Les études que vous présentez n’infirment pas ce fait. Tout juste elles précisent qu’il faut attendre plusieurs mois après la circoncision si l’on envisage des rapports sexuels sans préservatif (beh oui, le temps que le gland se kératinise convenablement et devienne ainsi moi « poreux » au virus).

     
  • Par expattt 01 sept 2009 - 7 H 11

    Pardon, je corrige (je me suis trompé, j’ai écris trop vite) : la circoncision REDUIT le risque de transmission sexuelle du VIH entre un partenaire séropositif PASSIF et un partenaire séroNEGATIF ACTIF…
    Précisons encore pour les plus réfractaires : réduction du risque ne veut pas dire suppression du risque !

     
  • Par Christophe Martet 01 sept 2009 - 10 H 23

    @expatt La circoncision, dans les études qui ont été faites dans des couples hétérosexuels sérodiscordants, protège l’homme séronégatif d’une contamination dans 60% des cas (ce qui est quand même un niveau de protection infiniment plus bas qu’avec le préservatif). Dans les couples hétérosexuels, il n’y a pas d’ »actif » et de « passif » (j’utilise les guillemets car je n’aime pas particulièrement cette terminologie, je lui préfère les mots anglais moins connotés top et bottom).
    Dans les couples gays, les rôles sexuels sont moins définis et on peut être bottom un jour et top le lendemain. C’est sans doute pourquoi la circoncision n’a pas le même impact chez les homos.

     
  • Par Phil86 01 sept 2009 - 11 H 50

    @Just One : « Tant qu’au condom, outre ses possibles fissures, il ne protège évidemment pas tous les contacts. » je rectifie : ce n’est ***que lorsqu’il se déchire***, ce qui peut arriver si on ne le lubrifie pas assez, qu’il ne protège plus (évidemment)…

     
  • Par expattt 01 sept 2009 - 23 H 22

    Je suis bien d’accord M. Martet! La circoncision n’est utile que dans une situation précise : circoncis séroneg encule séropo. Pour le reste, ça ne réduit pas le risque. Donc la circoncision reste un outil de réduction du risque valable, notamment dans le cadre du positionnement stratégique et du couple sérodifférent. Personne n’a jamais dit : « faites vous circoncire ça remplace le préso ». Or, votre titre insinue cela : voilà pourquoi j’ai fait ces commentaires, car je trouve que le titre est peu objectif et le que le contenu de l’article tronque le cadre et les limites de la circoncision comme outil de réduction des risques.

     
  • Par Phil86 02 sept 2009 - 9 H 37

    expatt je ne suis pas d’accord, Christophe n’a fait que reprendre la conclusion de l’étude dont il est question… de plus, ce que vous dites est FAUX car en cas de lésion sur la verge (herpès génital par exemple) le fait d’être circoncis ne protège en rien le séroneg actif que vous décrivez, alors que la capote, que vous abhorrez pour une raison qu’on ignore, SI… bref, question conseils de prévention, ce n’est vraiment pas vous qu’il est recommandé d’aller voir…

     
  • Par expattt 02 sept 2009 - 20 H 06

    Ce que je dis n’est absolument pas faux. Il y a bien plus d’études qui le prouve que le contraire (je pourrais vous en fournir une liste si ça vous chante). Vous détournez encore une fois le débat en introduisant de nouvelles variables : c’est sûr que si y a herpès ou chancre ça ne marche pas, quelle évidence ! De la même manière, embrasser ne transmet pas le VIH sauf s’il y a hémoragie… Vos arguments sont encore une fois spécieux Phil86, et arrêtez vos procès d’intention, je n’ai aucun problème avec la capote (si vous saviez…).

     
  • Par Phil86 02 sept 2009 - 23 H 07

    expatt vous êtes d’une mauvaise foi sans fond… mais c’est pas nouveau ! bye bye !

     
  • Par Pas d'accord 02 sept 2009 - 23 H 16

    Euh, mettre un lien sur un site ouvertement antisémite, c’est autorisé sur yagg?

     
  • Par Yannick Barbe 02 sept 2009 - 23 H 42
    Avatar de Yannick Barbe

    @ Pas d’accord
    De quel lien parlez-vous?

     
  • Par Xavier Héraud 03 sept 2009 - 9 H 09
    Avatar de Xavier Héraud

    Bonjour,
    Merci de votre message. Le lien était sur le nom de l’auteur et cela nous avait échappé. Les commentaires de cette personne ont été modérés.

     
  • Par expattt 03 sept 2009 - 9 H 22

    Mauvaise fois si ça vous le dites Cher Phil86… perso, je n’ai foi en rien. De toutes manières, les couples sérodifférents, les adeptes du sexe sans latex et leur médecins savent à quoi s’en tenir. Ils n’ont pas besoin de moi pour les informer ou les conseiller. Le web regorge de ressources bien plus objectives que vous, moi ou Yagg pour se faire leur propre idée et choisir la manière dont il ont envie de baiser, en connaissance de cause.

     
  • Par Phil86 03 sept 2009 - 9 H 42

    expatt vous savez parfaitement que si la verge du seroneg actif qui pénètre le séropo comporte des lésions, il y a risque fort de contamination, et sa circoncision ne le protègera pas car la circoncision ne peut protéger que le gland… donc se passer de capote dans ce cas là c’est bien évidemment prendre un risque… pourquoi ne le reconnaissez-vous pas ?

     
  • Par expattt 03 sept 2009 - 19 H 29

    Mais enfin vous ne savez pas lire !
    Je me cite : « c’est sûr que si y a herpès ou chancre ça ne marche pas, quelle évidence ! »
    Vous êtes incroyable ! Et c’est moi qui suis de mauvaise fois ?
    Alors je vais me répéter, et préciser : la circoncision réduit le risque de transmission pour un homme insertif séroneg qui pénétrerait une femme ou un homme séropositif, et seulement dans ce cas là, et bien évidemment sans présence d’autres IST donc de lésions possibles sur le gland. Est-ce que c’est clair ?
    Les études qui affirment le contraire, très peu nombreuses ne sont pas satisfaisantes car elles présentes l’un ou l’autre des biais suivants (voire 2 ou les 3 à la fois) :
    - l’absence de distinguo au niveau du « rôle sexuel » ;
    - l’effet des traitements ARV, qui masque une réduction de la transmission ;
    - un manque plus global de puissance statistique (problème d’effectif).
    Maintenant, si vous voulez prendre le moins de risque possible et que vous êtes séroneg : utilisez le préso.

     
  • Par Phil86 03 sept 2009 - 19 H 38

    excusez moi expattt mais donc si ça ne marche pas dans certains cas, on ne peut pas se contenter de balancer comme message que « la circoncision protège du VIH », il y a tellement de « si » à appliquer, c’est exactement comme pour l’étude hirschell ! les messages de préventions ne peuvent être complexes sinon ils perdent en clarté et en efficacité… le risque est que tout homme circoncis se sente à l’abri, ce qui n’est évidemment pas le cas…

     
  • Par expattt 03 sept 2009 - 23 H 53

    Phil86, avec 86% d’une même classe d’âge qui obtient le bac, votre argument sur la compléxité ne tient pas la route. Vous prenez les gens pour des imbéciles, grand bien vous fasse. Moi je considère que les citoyens sont assez intelligent pour saisir. A moins que les hommes circoncis soient plus bêtes que les autres ? Je vous le répète, personne n’a dit que la circoncision protégeait du VIH, mais qu’elle réduisait le risque dans des situations précises, au cadre limité, et ne peut s’adresser qu’a des groupes extrêmement ciblés : les couples sérodifférents qui souhaitent abandonner le préservatif ou n’arrivent pas à le mettre tout le temps, les barebackers, et ceux qui n’ont pas accès au préservatif pour des raisons économiques, culturelles ou d’emprisonnement (vu d’Afrique c’est pas mal de monde).
    Asséner que « les messages de prévention ne peuvent être complexes sinon ils perdent en clarté et en efficacité » est totalement ridicule. Vous sortez ça d’où ? Avez-vous des études de marketing social qui prouvent ce que vous avancez ? Si les messages simples et clairs sont si efficaces, pourquoi les contaminations continuent de se produire après 25 ans de tout-capote ?

     
  • Par Phil86 04 sept 2009 - 11 H 21

    @expatt : je vous renvoie à l’excellente réponse que vous a faite Christophe Martet… laisser croire aux circoncis qu’ils sont moins « à risques » (ce qui n’est que partiellement vrai comme vous l’a dit Christophe) c’est les pousser à en prendre, des risques, et à en faire prendre aux autres, car on entend toujours que ce qu’on veut bien entendre et ce qui nous arrange…

     
  • Par Phil86 04 sept 2009 - 11 H 24

    re @expatt : « Asséner que “les messages de prévention ne peuvent être complexes sinon ils perdent en clarté et en efficacité” est totalement ridicule. Vous sortez ça d’où ?

    je vous laisse chercher à savoir pourquoi, je ne vais pas vous faire l’insulte de vous expliquer une évidence… si vous êtes intelligent, vous le comprendrez très rapidement…

     
  • Par Phil86 04 sept 2009 - 11 H 36

    et contrairement à ce que vous pensez, je crois que les campagnes de prévention n’ont pas été si inefficaces que ça : par exemple, chez les gays, même s’il y a un relâchement actuellement (raison pour laquelle ce n’est pas le moment de laisser passer des messages confus incitant à se passer de la capote ! parce que là son utilisation baissera fortement), il est clair que le réflexe capote s’est fortement répandu depuis le début de l’épidémie (moi, je constate que partout où les gays baisent on voit que les capotes sont utilisées), et sans les campagnes de prévention, sans la sensibilisation faite auprès des gays, il est certain que les contaminations auraient été beaucoup plus nombreuses ; je rappelle aussi que le réflexe du test, qui fait partie intégrante de la prévention, est plus répandu chez les gays que chez les hétéros… vous voyez le verre à moitié vide, je vois le verre à moitié plein…

     
  • Par Akrobat 04 sept 2009 - 13 H 47

    Expatt: vous dites: « Ce que je dis n’est absolument pas faux. Il y a bien plus d’études qui le prouve que le contraire (je pourrais vous en fournir une liste si ça vous chante).  »

    Alors cette liste?

    Parceque justement pour le moment aucune étude n’établit de manière fiable un quelconque bénéfice de la circoncision chez les gays. C’est bien tout le problème.

    Parmi les recherches récentes qui distinguaient les personnes exclusivement actives, il y a une étude menée en Amérique du Sud qui ne montre pas de bénéfice et une petite étude Australienne menée dans la HIM study qui a conduit une première fois à l’absence de bénéfice, puis par une sous-étude très contestable méthodologiquement a esquissé la possibilité d’un bénéfice.

    Quant à la méta-analyse à laquelle vous semblez faire référence, savez-vous qu’elle était truffée d’erreurs de calculs et que tous ses résultats sont faux (un correctif a été publié en ligne depuis sur le site de la revue scientifique)?

    Votre acharnement à vouloir à tout prix trouver des alternatives au préservatif vous aveugle et vous fait prendre des vessies pour des lanternes.

    Il est par ailleurs probable que d’autres choses entre en compte chez les gays par rapport aux rapports homos:
    * D’une part, je ne vous fait pas un dessin, une sodomie ce n’est pas tout à fait comme une pénétration vaginale (point de vue physiologique).
    * D’autre part, les rares études disponibles montrent que la charge virale dans les sécrétions rectales n’est pas corrélée à la charge virale dans le sang contrairement à celle dans le compartiment génital.

    Merci d’arrêter votre désinformation

     
  • Par expattt 04 sept 2009 - 22 H 50

    Oui je sais, Chritophe Martet est formidable et moi je suis une conne. Et une conne heureuse en plus. En tout cas, mes copains circoncis actifs barebackers – cons – sont toujours séronegs. Mais merci quand même Phil86 et Akrobat. Merci de sauver les pédés imbéciles que nous sommes. Nous interprètont toujours les choses de manière érroné, incapables de saisir aucune nuance. Notre aveuglement pathologique nous mènera à notre perte, pauvres idiotes désinformée que nous sommes. Quand à ceux qui n’ont pas accès à la sainte capote…

     
    • Par Christophe Martet 06 sept 2009 - 11 H 15
      Avatar de Christophe Martet

      @expatt
      Personne n’a jamais dit que vous étiez une conne et que j’étais formidable. J’espère au contraire que les discussions que nous avons à propos de la capote, de la prévention et du sida en général font un peu avancer le débat. ll faudrait que nous prenions le temps de réfléchir plus sereinement, pourquoi pas à l’occasion d’une table ronde filmée comme en a déjà fait Yagg sur d’autres sujets. Et croyez moi, je ferai en sorte que des opinions diverses puissent s’exprimer.

       
  • Par Phil86 04 sept 2009 - 23 H 08

    mais expatt ce n’est pas parce que vous et vos petits amis sont êtes peut-être parfaitement bien informés et au fait des arcanes des la séropositivité que le commun des mortels l’est ! vous prenez un peu votre cas pour une généralité…

     
  • Par Dildo XVI 05 sept 2009 - 10 H 31

    En gros, beaucoup vont le prendre pour un « faites-vous circoncire les mecs! Et allez-y sans capotes! »

     
  • Par Akrobat 05 sept 2009 - 11 H 54

    Expattt : ALORS CES ARTICLES ???????

    (c’est bien toi qui en a proposé la liste, non ?)

     
  • Par expattt 05 sept 2009 - 20 H 51

    Akrobat, Phil86, mes chouchous. On pourrait lister ça par exemple :

    http://www.actions-traitements.org/spip.php?article1959

    http://www.kaisernetwork.org/daily_reports/rep_index.cfm?DR_ID=56178

    Mais ce ne serait pas objectif de ma part, donc il conviendarit aussi d’aller voir la liste du site Aidsmap, car on y trouve une longues liste d’études contradictoires :

    http://www.aidsmap.com/search/searchresults.asp?lang=0DF8D32E-5828-4F1A-8D3D-0BB47B48E6BD&stext=circumcision&from=1998-1-1%2000:00:00&to=2009-9-5%2023:59:59&sArea=A

    Je me répète. Mon but ici n’est pas de dire que la circoncision protège du VIH. On sait que ce n’est pas vrai. Elle réduit le risque dans des conditions extrêmement précises que j’ai expliqué plus haut. Cette information doit bien évidemment être ciblée, et je pense que comme l’information = pouvoir, l’information = le pouvoir de se protéger par tous les moyens possibles lorsqu’un seul ne suffit plus. Je ne crois pas Phil86 que certains doivent être privilégiés dans l’accès à l’information plus que d’autres. C’est une question de démocratie. Plus haut j’explique que les études qui affirment que la circoncision ne change rien dans les conditions précises susnommées sont biaisées.
    Je trouve juste dommage qu’on balaye du revers de la main cette réalité de la circoncision. Je pense que les différents moyens de prévention doivent être cumulatifs et ne pas s’exclurent les uns les autres. Même si la circoncision ne réduirait le risque que de seulement 5% chez les gays, il me semblerait utile d’en parler à ceux qui en ont besoin. Ce que l’ont fait d’ailleurs ici. La capote reste le moyen le plus simple et le plus efficace pour se protéger du VIH, vous ne ferez croire à personne que je dis le contraire. Et heureusement, la grande majorité des gays se protègent ainsi systématiquement. Dans cette affaire, je pense juste aux autres car il doivent aussi faire l’objet d’une attention particulière (voire même plus que les autres). C’est tout. Pas de malice ni dd’anti-capote primaire. Les capotes sont mes amies.

     
  • Par expattt 05 sept 2009 - 21 H 00

    Pour être plus objectif, aller voir la liste de nombreuses études (parfois contradictoires) sur le sujet, et faites le compte : http://www.aidsmap.com/search/searchresults.asp?lang=0DF8D32E-5828-4F1A-8D3D-0BB47B48E6BD&stext=circumcision&from=1998-1-1%2000:00:00&to=2009-9-5%2023:59:59&sArea=

    Pour le reste, j’ai suffisemment exposé mes arguments.

     
  • Par Phil86 06 sept 2009 - 11 H 45

    @ expatt : « Je ne crois pas Phil86 que certains ***doivent*** être privilégiés dans l’accès à l’information plus que d’autres. C’est une question de démocratie. » ce n’est pas ce que j’ai dit, ce que je dis c’est que, DE FAIT, tout le monde n’a pas le même accès à l’information, selon son milieu social et son éducation, et que certaines informations certes justes ont besoin d’être contextualisées et mises en perspective par rapport à d’autres informations… on ne peut pas se permettre, sur un sujet aussi grave, de balancer dans la nature des infos peut-être juste mais que tout le monde n’a pas les moyens (non pas intellectuels mais culturels) de bien situer dans leur contexte. Voila pourquoi les messages de prévention ne peuvent être que simples et binaires, et non pas complexes et à plusieurs portes, je pense que tous les acteurs de la prévention vous diront la même chose. Si on balance un message de prévention qui doit être assorti d’une multitude de « si » eh bien personne n’y comprends plus rien et chacun n’en comprendra que ce qui l’arrangera. Je vous trouve assez naïf sur la nature humaine.

    Ceci dit, que la circoncision puisse protéger dans un schéma très précis, je n’ai rien y redire, mais cela ne peut pas faire partie d’un message de prévention générale et tout-public, mais seulement un message très ciblé et accessible aux seules personnes concernées. (c’est comme l’étude hirschelle, elle comporte tellement de « si » que l’on ne peut pas s’en servir comme message de prévention générale et tout-public, hélas certains tentent de le faire, comme Aides sur Seronet par exemple)

     
  • Par expattt 06 sept 2009 - 17 H 32

    @ Christophe Martet : pourquoi pas une table ronde, mais je vis à Montréal.
    @ Phil86 : bien d’accord! Et je n’ai ici seulement parlé de prévention ciblée à propos de la circoncision et pas de prévention généraliste (aux Africains sans capote et notamment gays, qui vivent en général une exclusion et uen homophobie épouventable). Je suis heureux que vous ayez enfin lu correctement mon propos nuancé.

     
  • Par Akrobat 08 sept 2009 - 19 H 44

    Merci expatt

    Alors:

    Le premier est un TRES mauvais article de presse au sujet de l’abstract australien dont je parlais plus haut (repris d’ailleurs pour argent comptant sur le site de warning).
    Les résultats présentés ne sont même pas conformes à l’abstract original. Cette étude est par ailleurs très contestable car il s’agit d’une sous-analyse de la HIM study avec des effectifs particulièrement réduits (dès lors quoi qu’ils en disent pas réellement significative) :
    http://secure.ashm.org.au/ei/viewpdf.esp?id=37&file=d%3A%5CAmlink%5CEventwin%5Cdocs%5Cpdf%5Cashm08Abstract00482%2Epdf

    Pour ce qui concerne le deuxième article: c’est une étude en population parmi d’autres et c’est à partir de ces études justement que le CDC a considéré qu’il n’y avait EN REALITE pas de bénéfice chez les gays. En effet d’autres facteurs sont à prendre en compte: la population était-elle représentative, etc. d’où la nécessité de comparer les études.

    Quant aux liens de Aidsmap, merci je les connaissais. Le mieux est tout de même de se référer à la méta-analyse dont je parlais même si tous ses calculs étaient faux car elle a au moins l’avantage de passer en revue TOUT ce qui concerne les gays.

    Elle n’a pas montré de bénéfice de la circoncision pour les gays (même seulement actifs sauf pour une période assez ancienne). Tu peux trouver les données entièrement recalculées sur le site du TRT5 :
    http://www.trt-5.org/IMG/ppt/FITS_Presentation_Catherine_Hill.ppt

    POUR CONCLURE TON HISTOIRE DE TONNE D’ETUDES QUI DISENT LE CONTRAIRE C’ETAIT DONC BIEN DU BLUFF.

     
  • Par expattt 08 sept 2009 - 23 H 47

    Je n’ai jamais parlé de « tonne d’étude » mon cher Akrobat. cette manière de déformer mes propos pour me décridibiliser n’honore pas votre intelligence et votre répartie. C’est moi l’agressif d’habitude ;-)
    La méta-analyse dont vous parlez pose elle-aussi des problèmes dont j’ai parlé plus haut… mais je répète :

    - l’absence de distinguo au niveau du “rôle sexuel” : dans le cas de la méta-analyse, on considère que les gays sont tous versatiles (50% actifs/50% passifs) dans leurs couples (ce qui est rarement le cas).
    - l’effet des traitements ARV, qui masque une réduction de la transmission : là c’est clairement expliqué dans la conclusion de la méta-analyse (mais Akrobat ignore mes arguments volontairement pour éviter d’y répondre).
    - un manque plus global de puissance statistique (problème d’effectif) = des échantillons trop petits à chaque fois, avec des critères de sélection tellement différents que ça en devient statistiquement vide.

    Comment peut-on valider votre argument Akrobat selon lequel des recherches ou méta-analyse invalident d’autres recherches alors qu’elles de portent pas sur le même objet. C’est scientifiquement absurde. On ne compare pas ce qui est incomparable. Pourtant, vous vous y acharnez.

    A la limite, on peut dire que l’on ne sait pas s’il y a un effet ou non avec la circoncision. Mais je ne suis pas d’accord avec cette logique qui affirme finalement que la circoncision marche pour les hommes hétéros et pas pour les gays actifs. Car c’est bien connu, les hétéros ne pratiquent pas la sodomie, et dites-vous, la charge virale rectale n’est pas corrélée à la charge virale plasmatique. Certes, mais cela ne veut pas dire qu’elle soit plus importante que la charge virale vaginale. En fait, le débat fait rage entre les experts de ce point de vue.

    Le professeur genevois Bernard Hirschel, dans une interview qu’il donnait récemment au magazine Transversal de l’association Sidaction, évoque cette question au détour d’une conversation sur le traitement efficace comme outil de prévention chez les gays : « On ne dispose pas d’études sur la transmission au sein des couples homosexuels sérodifférents. Et il sera très difficile d’en obtenir. Or, lorsqu’on ne dispose pas d’études, il faut se rabattre sur la logique. Les hétérosexuels pratiquent également le sexe anal, au moins à 10%, selon les études. Il est vrai qu’il y a depuis longtemps une controverse sur un risque de transmission possiblement plus élevé lors de relations anales que vaginales – certains proposent 10 fois plus, mais cela ne fait pas consensus. En fait, quelques études menées chez des patients non traités suggèrent que les risques de transmission par sexe vaginal et sexe anal ne sont pas très différents. Par exemple, dans certains cas précis où les expositions au VIH sont répétées et multiples, les risques d’infection sont similaires, qu’il s’agisse d’homosexuels à San Francisco ou de prostituées en Afrique. Enfin, une étude conduite par David Wilson aboutit à des taux de risques similaires entre les deux conditions « préservatif sans traitement » et «
    traitement sans préservatif » chez les couples gays après 100 rapports sexuels ».

    Enfin, on peut ajouter qu’on ne sait pas si la charge virale rectale correspond à du virus libre (très contaminant) ou du virus associé à des cellules du mucus ou de la muqueuse rectale (peu contaminant). Un peu des 2 sûrement.

    Bref, comme vous parlez de Warning plus haut cher Akrobat, je pense comme eux que la circoncision n’est pas homophobe (http://www.thewarning.info/breve.php?id_breve=0205). Dans des conditions très précises, il est évident qu’elle réduit aussi le risque de l’insertif. C’est biologiquement logique, tout simplement. Il n’y a pas de raison qu’un gland gay soit plus perméable qu’un gland hétéro : la kératinisation ne distingue pas l’orientation sexuelle.

     
  • Par Akrobat 09 sept 2009 - 9 H 19

    Ce commentaire a été modéré.

     
  • Par expattt 09 sept 2009 - 16 H 23

    Ce commentaire a été modéré.

     
  • Par Phil86 09 sept 2009 - 16 H 56

    il est clair qu’on ne peut pas dire que « la circoncision protège du VIH » (et encore moins qu’elle protègerait les gays du VIH) c’est trop schématique et simpliste, et c’est la porte ouverte à toutes les interprétations erronées… de toute façon, elle est bien moins efficace que le préservatif (et uniquement dans un schéma très restreint), là dessus ya pas photo, donc il plus intelligent de promouvoir et développer la diffusion et le port du préservatif, en particulier là où il n’est pas assez présent

     
  • Par expattt 09 sept 2009 - 19 H 16

    Complètement d’accord avce vous sur le principe Phil86. Et d’ailleurs, les fabricants de préso ont enfin compris : http://yagg.com/2009/09/09/manix-lance-supreme-un-nouveau-preservatif-pour-les-allergiques-au-latex-587
    Mais y a un truc qui me turlupine. Dans beaucoup de lieux à sexe gays, il y a des préservatifs partout, et pourtant, les mecs n’est n’utilisent pas toujours. Or, si je suis bien votre raisonnement, c’est cette population qui doit être ciblée. Force est de constater que la seule promotion du préservatif ne suffit pas. Que faire ?

     
  • Par Phil86 09 sept 2009 - 20 H 01

    expatt je pense justement qu’il faudrait sans doute revoir les campagnes de prévention (il ne suffit pas de dire « mettez une capote » pour que tout le monde en mette !), mais pas abandonner la promotion de la capote, qui reste le meilleur rempart… ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain !

     
  • Par expattt 09 sept 2009 - 20 H 24

    heureusement que personne ne demande d’abandonner la promotion de la capote, ce serait un comble !

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

    Aucun message ne correspond à vos critères de recherche.