Dans l’entretien vidéo qu’elle a accordé à Yagg, le docteur Caroline Semaille, responsable de la surveillance du VIH et en première ligne à l’Institut de veille sanitaire (InVS) contre la grippe A, présente le scénario prévisible en cas de pandémie en France. Fermeture des backrooms et des bars gays, précautions à prendre pour éviter la contamination, mesures spécifiques pour les personnes atteintes par le VIH, elle répond à toutes nos questions avec précision.

D’après les dernières projections de l’InVS, la grippe A (H1N1) pourrait toucher de 20 à 30% de la population, soit de 13 à 20 millions de personnes en France, avec un taux de mortalité de 1 pour mille. Avec les femmes enceintes, les déficients cardiaques et respiratoires, les leucémiques et les immunodéprimés, les séropositifs font partie des groupes les plus vulnérables et des recommandations spécifiques leur seront adressées.

Sans attendre l’arrivée de la vague épidémique, prévue cet automne en métropole (mais déjà forte en Outre-Mer), il convient que les séropositifs se vaccinent contre le pneumocoque, une mesure de prévention particulièrement importante et qu’évoquait déjà le docteur Guillaume Le Loup, de l’hôpital Tenon, dans notre précédent article sur la grippe A. Le vaccin s’appelle Pneumo23, il nécessite une seule injection, à renouveler tous les trois ans.

Nous reviendrons régulièrement sur la situation de la pandémie de grippe A, afin d’actualiser les recommandations et les informations utiles.

Ailleurs sur la toile:

  • L’InVS met à disposition tous les mercredis sur son site internet un bulletin épidémiologique sur la situation en France et dans le monde.

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.