Pour la première fois depuis six ans, Gert et Sarah Bettens (photo) se sont produits en tant que k’s Choice au festival Dranouter en Belgique, le 7 août dernier. La veille, ils se sont produits dans une petite salle à Hamont-Achel, histoire de se chauffer. Une yaggeuse, Marion (son profil sur la communauté), y était. Elle nous raconte.

Concert de k’s Choice à Hamont-Achel, par Marion

Branle-bas de combat le jeudi matin. Départ vers 13h de la banlieue parisienne. Et c’est parti pour cinq heures de route, direction: la Belgique. 450 bornes mais quand on aime.

Excitée comme une puce pour ce grand retour des Bettens depuis 2003.  Je ne les avais jamais vus en concert, ayant découvert le groupe en 2001 à peine. Mais j’avais déjà vu trois fois Sarah Bettens lors de ses dates parisiennes.

Arrivée en Belgique verdoyante vers 18h30, déjà une poignée de fans assis par terre devant les portes et le magnifique écriteau signalant « ouverture des portes à 20h ». Sur place, une vraie gay pride belge. À peine deux ou trois hommes rescapés de l’invasion féminine.  Les lesbiennes de toute l’Europe s’étaient donné rendez-vous pour l’événement!

Et là, c’est le drame, le staff qui vient coller une magnifique affichette « no pictures ». Le rêve s’effondre. Autant respecter les consignes, ce serait dommage de se faire sortir du concert après cinq heures de route.

20h, agitation dans tous les sens, bousculade vers les portes. Les uns vont direct au comptoir des « guests » (je n’ai toujours pas compris la différence) et moi je me rue sur l’entrée de la salle. Joli bracelet rose pour pouvoir sortir et rentrer à notre guise. Petite salle, sombre, une scène de taille moyenne, un bar agité, des fans en furie. Même passé la quarantaine, des filles qui se secouent frénétiquement contre les barrières de sécurité (et oui… il faut le voir pour le croire).

Chacune peaufine sa déclaration d’amour à Sarah Bettens, l’essentiel étant de faire sentir en un clin d’œil qu’elle est la femme de sa vie. Et moi, un peu atterrée, me demandant si c’est possible d’être « fan » sans être « fanatique ».

Début de concert ponctuel, 21h tout rond, la voix sensuelle de Sarah, les riffs enivrants de Gert, et c’est parti pour 1h30 de bonheur à l’état brut!

Au programme, une quinzaine de chansons, dont les plus connues: Everything for Free, Butterflies Instead, Believe, Almost Happy, Another Year et Not an Addict en clôture du concert.

Deux inédits qui figureront sur le prochain album: If This Isn’t Right et Echo Mountain.

Et un moment de grâce qui m’a mis les larmes au yeux: une reprise monumentale, acoustique, intimiste, de No Surprises de Radiohead. Là, on se sent privilégié comme jamais!

Sarah en pleine forme, avec son magnifique débardeur blanc qui prend si bien la transpiration. On ne va pas se plaindre, un concert de k’s Choice et un concours de miss goudou t-shirt mouillé pour seulement 19 euros, c’est rentable! Gert complètement trempé (un peu moins glamour). Eric, le bassiste avec sa mine des grands jours qui se marrait tout seul en sautant partout. Le batteur et le claviériste complètement en transe.

Présentation des musiciens, Sarah en profite pour remercier les fans qui ont fait le déplacement, précisant que c’est déjà un miracle qu’un groupe qui s’est formé en 1993 fasse encore des scènes en 2009 et que c’est encore plus miraculeux que les fans soient toujours au rendez-vous. Remerciements chaleureux à ses amis américains qui avaient aussi pris l’avion spécialement pour le concert.

Seul bémol, le nouveau guitariste, qui a l’air de débarquer d’un groupe de punk-rock acidulé, nous a abreuvé de solos tous plus noisy et inutiles les uns que les autres, massacrant les ballades cosy et intenses du groupe. Tout seul dans son délire le garçon, dans son coin de l’estrade, en mode « je me prends pour Santana, ça vous en bouche un coin ».

Enfin, une fois sortie, les oreilles toutes étourdies par tant de son, direction les Pays-Bas à deux minutes de là, puis l’Allemagne. Et oui, traverser quatre pays en une journée, c’est possible: c’est beau l’Europe!

Envie de plus d’infos Yagg? Inscrivez-vous gratuitement à la newsletter en cliquant ici.