Ça y est, le championnat de France de football reprend ses droits. Après la Ligue 2, hier soir, la Ligue 1, ce soir, avec sa cohorte de performances, de crises de nerf, de victoires, de nouvelles têtes, de visages connus.

ENTRER
Le championnat de France de Ligue 1 se joue entre 20 clubs sur 38 journées: match aller et match retour. Le vainqueur d’une partie empoche trois points; en cas de match nul, les deux équipes repartent avec un point. Zéro pour le perdant. Celui qui a le plus gros nombre de points à la fin de saison est champion de France. Il est qualifié pour la Ligue des champions, de même que son dauphin. Le troisième doit passer un tour qualificatif dans cette compétition. S’il ne passe pas, c’est l’Europa League, l’ancienne Coupe de l’UEFA, où il rejoindra les quatrième et cinquième du classement. Vous suivez?
Les trois derniers sont relégués en Ligue 2. Cette saison, le championnat s’achève le 15 mai, un peu plus tôt que d’habitude en raison de la Coupe du monde de football, en Afrique du Sud (11 juin-11 juillet 2010).

COMPRENDRE
Quelques mots-clefs qui devraient être égrenés tout au long de ces dix mois et qui peuvent sembler parfois cryptiques:
Position de relégable: Ne signifie pas que le serveur mignon qui ne semble pas très enclin à prendre votre commande vous a relégué au troisième rang de la terrasse. Un club est relégable lorsqu’il figure parmi les trois derniers du classement. Plus le club est prestigieux, plus le mot est fort, entendu aussi fréquemment que le terme « crise » ces derniers temps. En sport, c’est vrai, cela y ressemble, en particulier en Ligue 1 où l’on crise souvent, effectivement.
Crise: En cas de mauvais résultats, notamment. Du drama, du vrai: beaucoup de déclarations, pas mal de presse, des grosses colères, un entraîneur qui part, un président de club qui claque la porte. À moins que cette saison soit plus inventive que la précédente.
Européen: L’Eurovision? Non. Juste les cinq premiers du classement, places qualificatives pour les compétitions européennes.
Transfert: Ni psy, ni une phrase rigolote timbrée sur un tee-shirt. Le transfert est la valse des joueurs entre les clubs. À cet exercice, cette année, le football français, qui ne compte par parmi les plus riches d’Europe, loin derrière l’Angleterre et l’Espagne, a été plus volontariste et créatif que les dernières saisons. On est loin de la surdimension du Real Madrid – 200 millions d’euros pour engager Cristiano Ronaldo, Karim Benzema ou encore Kaka –, mais ce n’est pas mal du tout. Voir ci-dessous.

ADMIRER
Courtisé par les grandes formations européennes, il est resté en France. Yoann Gourcuff (à gauche sur la photo) devrait à nouveau faire le bonheur de son club, les Girondins de Bordeaux. Buteur, chef d’orchestre, et si beau. Depuis qu’il a été nommé bombe du mois par nos confrères de Têtu, l’homme a aussi connu une belle popularité chez les homos. Ok, Yoann Gourcuff a ces yeux sombres, ce corps magnifiquement sculpté. Mais il est surtout un joueur intuitif, qui sait saisir l’occasion ou encore mieux la créer. Il a de si nombreuses fois, la saison dernière, permis à son club de l’emporter à la grâce de buts à la dernière minute. Pas de hasard, simplement l’appréhension d’une fatigue de l’adversaire, pour que lui, justement, se glisse dans une défense, ajuste et tire.

La Ligue 1, c’est Yoann Gourcuff, mais aussi de nouveaux visages, dont une vedette potentielle au physique de rugbyman, l’Argentin Lisandro Lopez (à droite), le plus gros transfert de l’histoire de l’Olympique Lyonnais (24 millions), venu du FC Porto. Ah, cette barbe…

ABHORRER
Il y a de fortes chances que le « oh hisse enculé » résonne encore dans les stades, hurlé par certains supporters quand le gardien de but adverse shoote dans le ballon. En attendant que cela s’arrête un jour, espérons que l’on échappera aux banderoles haineuses dans le ton raciste ou homophobe. Sans de tels mots, de tels gestes, le football serait juste un sport et c’est tellement suffisant. Sans eux? On peut toujours rêver.

ACCESSOIRISER!
Mais si c’est tout à fait possible… Pensez à ressortir le vieux maillot de Saint-Étienne, celui avec le « MF » de Manufrance, qui devrait vous mouler à merveille aujourd’hui. Et dans les boutiques ou sur internet, quelques maillots et gadgets franchement pas mal, jusqu’à la tétine estampillée écusson à croco ou « Droit au but » pour les nouveau-nés. Mon préféré? Le grille-pain (très difficile à trouver, donc collector) pour servir des toasts décorés d’un « Allez les Verts » ou « Allez Nancy » au chouchou ou à la chouchoute du matin. En foot comme en sport, il ne faut jamais craindre d’être décalé. Bonne saison.