Suite à la fusillade samedi dernier dans le local d’une association gay et lesbienne de Tel-Aviv qui a fait deux morts et quinze blessés, plusieurs associations LGBT françaises font part de leur indignation et expriment leur solidarité envers les homos israéliens.

SOS homophobie souligne que « la haine envers les gays, les lesbiennes, les bi et les trans’, qu’elle soit d’origine religieuse ou politique, n’a malheureusement pas de frontières. On l’a vu récemment aux World Outgames de Copenhague […] ou lors des marches des fiertés dans différents pays de l’Est de l’Union européenne dont les militants ont fait l’objet de nombreuses agressions de groupes extrémistes religieux et politiques ».

Le Centre LGBT Paris IdF se dit « consterné » par cette « tragique attaque » et encourage « vivement les autorités israéliennes à adopter toutes les mesures nécessaires pour lutter contre toutes les LGBTphobies et plus généralement toutes les manifestations d’appel à la haine, en particulier celles qui émanent des groupes religieux ».

Le Beit Haverim, groupe juif gay et lesbien de France, « condamne avec fermeté la tuerie » et est « d’autant plus choqué que cet acte homophobe intervient à un endroit où la vie homosexuelle est la plus ouverte. Israël est en effet le rare pays du Proche-Orient où l’homosexualité n’est pas considérée comme un crime ». Et de conclure: « Seul un travail d’ouverture, de tolérance, d’éducation et de culture sur du long terme pourra éradiquer [l’homophobie]. »

Sur le terrain, l’enquête de la police israélienne pour retrouver le meurtrier se poursuit. Selon le quotidien Haaretz, la police émettrait des doutes quant au caractère homophobe de la fusillade et n’écarterait pas l’éventualité d’une querelle d’ordre privée qui serait à l’origine du drame. Quatre blessés sont toujours à l’hôpital, dont un dans un état grave.