Yagg: Bonjour. Yagg est ravi d’accueillir Stéphane Vambre et Safia Soltani, coprésidents d’Act Up-Paris

Safia Soltani et Stéphane Vambre: Bonjour, nous sommes également ravi-e-s d’être avec vous.

Yagg: Nous allons prendre une première question…

Zami:  Est-ce que vous avez des chiffres à communiquer concernant le risque de contracter le VIH lors de pratiques sexuelles lesbiennes ? Merci.

SS et SV:  Il n’y a pas eu beaucoup d’études sur le VIH parmi les lesbiennes cette année, il n’y a pas eu de données épidémiologiques disponibles en général. Le risque pour les lesbiennes se situe surtout au niveau du partage des accessoires sexuels.  Un préservatif s’impose. Par ailleurs, il existe pour les relations bucco-génitales des digues dentaires (carré de latex) qu’on peut trouver dans des pharmacies et sur les stands de prévention des associations. Certaines de nos copines utilisent un préservatif découpé pour pallier le manque de disponibilité des digues dentaires. Chez les lesbiennes, les relations bucco-génitales ne transmettent pas le VIH, mais le risque des Infections sexuellement transmissibles est réel.

J-C a Londres:  Salut. Tout d’abord félicitations pour votre co-presidence. Je lis un peu partout, dans différents forums communautaires, des choses sur le rejet de la participation de GayLib à la prochaine gay pride. Qu’en pensez-vous?

SS et SV:  Bonjour JC. Act Up se demande pourquoi l’Inter-LGBT accepte qu’une association qui a si peu fait pour les personnes LGBT et les minorités puisse défiler à la Gay Pride. Il y a eu des appels à bloquer le char de GayLib. Act Up a mieux à faire cette année. Ce sont les 20 ans de l’association et nous ferons comme si GayLib n’était pas là.

bibi:  Le clip de votre association à l’occasion de ses 20 ans passe bizarrement de manière très rapide sur les dix dernières années. Est-ce délibéré?

SS et SV:  Non. Le temps de rassembler les images auprès des militants était très court avant la conférence de presse de lancement et nous en préparons un de plus complet pour la rentrée. Ça ne veut pas dire qu’il ne s’est rien passé pendant les 10 dernières années.

ne-jurez-pas-therese: Vous avez toujours eu un point de vue maximaliste sur la prévention et la capote (je n’ai pas dit que c’était mal). Votre position ou vos positions sur le sujet ont-elles évolué?

SS et SV:  La position d’Act Up a forcément évolué et prend en compte les avancées scientifiques. Cependant, nous restons persuadés que la capote est l’accès universel à la prévention. Aujourd’hui, la capote reste le seul moyen individuel de protection contre le VIH, en sachant que 80% de la population mondiale n’a pas encore accès au préservatif. Les campagnes de prévention sur la capote sont trop peu nombreuses et quasi inexistantes depuis 10 ans. Il y a un vrai travail de pédagogie à mener surtout auprès des jeunes, des femmes, des travailleurs et travailleuses du sexe, des migrants. En même temps, il y a une réduction des budgets envers les associations de prévention du VIH, qui en sont réduites aujourd’hui à limiter la distribution de préservatifs en fonction de leur cible.

pattilupone: Y a-t-il des thèmes sur lesquels Act Up considère s’être trompée depuis 20 ans?

SS et SV: Act Up ne regrette rien et assume tout. Nous sommes au regret de vous annoncer les 20 ans d’Act Up-Paris, c’est notre seul regret.
On ne pensait pas avoir besoin d’Act Up aussi longtemps. Pattilupone, pouvez-vous préciser votre pensée?

Manuel: Combien reste-t-il de militants à Act Up? Quelles sont vos prochaines mobilisations?

SS et SV:  Manuel nous te donnons RDV à la Marche des Fiertés et aux Solidays ce week-end. Nous sommes aujourd’hui 150 adhérents environ.
Il y a 50 militants actifs, 11 salariés militants et nous t’attendons le jeudi en réunion Hebdomadaire à l’école des Beaux Arts, 14 rue Bonaparte 75006 Paris à 19h. Nous avons lancé depuis hier une campagne d’ affichage sur la prévention auprès des gays pour lutter contre les idées reçues. Le slogan est: « Seul le préservatif protège du sida, le reste c’est de la science-fiction ».

bernard__Annecy_: Hello Stéphane et Safia! Act Up-Paris se positionne-t-elle encore aujourd’hui comme une association de prévention (ainsi que de défense des droits des s+) ou une association qui s’oriente et évolue vers la réduction des risques, ce qui est fondamentalement différent sur la forme et sur le fond ?

SS et SV: Notre position est claire. Act Up-Paris est une association qui veille à défendre toutes les personnes touchées par le VIH. Si la réduction des risques a fonctionné chez les usagers de drogue, on sait depuis des années que la RDR ne fonctionne pas dans les relations sexuelles.
Par ailleurs, Act Up n’est pas une association de prévention, même si aujourd’hui Act Up est amené à intervenir sur les sujets relatifs à la prévention (lobbying politique, campagnes d’affichages) parce que l’État ne joue pas son rôle.

Utilisateur1: De quelles idées reçues parlez-vous? Et dans la réalité être exemplaire, c’est bien mais certains n’y arrivent pas, on le sait bien. Que fait-on de cette minorité-là?

SS et SV:  Les idées reçues sont: « lorsque la charge virale est indétectable, il n’y a pas de risque de transmission », « si je suis sous trithérapie et sans IST, je ne peux pas transmettre le virus ». Act Up-Paris n’est pas la police du sexe. Nous ne sommes pas derrière chacun pour dire ce qu’ils ont à faire. Notre position est d’avoir un discours explicite de santé publique, compréhensible par tous. Et d’informer sur les risques. Un des slogans d’Act Up n’est-il pas « Information= pouvoir »?

Ben: À propos de la communauté PD, on l’a l’impression selon vos détracteurs que vous avez oublié que vous étiez issus de la communauté? Ok un co-président pd mais encore???

SS et SV: Si Act Up a perdu un peu de terrain dans la communauté il y a quelque temps, nous travaillons à être plus présents et plus à l’écoute. Notre campagne d’affichage, la participation à des soirées comme Follivores montrent que nous sommes toujours mobilisés. En 1989, c’est la communauté gay qui s’est mobilisée et qui a créé Act Up. En 2009, la remobilisation viendra de la communauté et c’est une priorité pour nous au regard du taux de contamination parmi les gays. Un gay sur 5 est séropositif.

pomme: Les fondateurs (vivants) ont-ils été associés aux « célébrations »?

SS et SV:  Il n’y a pas de célébration en tant que telle. Nous pensons que cette épidémie a assez duré. Si les fondateurs sont ok pour donner signe de vie, nous sommes ouverts. L’association est portée par les militants qui la font au quotidien.

Grosse_Pouf: Le gouvernement a un peu changé, mais on garde la même ministre pour la santé – on s’attend au pire! Quels sont vos rapports avec Roselyne Bachelot et selon vous quel-le ministre de la Santé toute tendances confondues a été le/la plus à l’écoute d’associations telle que la vôtre?

SS et SV: Aucun ministre n’a vraiment été à l’écoute des malades. C’est pour cela qu’il a fallu se battre et s’imposer. Depuis qu’elle est à ce poste, Roselyne Bachelot préfère s’occuper des sportifs que des malades. La loi Bachelot ne prend pas du tout en compte les malades et répond à une logique économique d’entreprise et non de santé publique. On ne peut pas demander aux malades d’être rentables!

Nous remercions les Yaggeuses et les Yaggeurs d’avoir passé une heure en notre compagnie. Nous vous donnons rendez-vous sur la Marche des fiertés samedi, à Montparnasse, place du 18 juin 1940. À 14 heures, le char d’Act Up porte le numéro 29 et il va être ÉNORME!  Eric Labbé, Sahran, Horel, Romain Play et Kofi seront avec nous en DJ. Danser = vivre. À samedi!

Yagg: Merci à Safia et Stéphane, merci aux internautes et toutes nos excuses pour celles et ceux dont nous n’avons pas pu prendre les questions. Rendez-vous à la rentrée pour un nouveau chat! Bonne soirée.