La fête de la musique, c’est pour demain. En attendant, encore un gros week-end de sport (et oui, on vous l’avait dit, il y a tout le temps de grands week-ends de sport). Rugby, football, basket ou encore tennis, Yagg vous aide à trouver le bon tempo.

Hard rock du bout du monde
C’est l’hiver en Nouvelle-Zélande et quel hiver ! Des trombes d’eau, des bourrasques glacées : le deuxième test-match entre les All Black et le XV de France s’est joué dans des conditions dantesques. Les Français qui avaient gagné la premier test le 13 juin ont cette fois été battus par les Néo-Zélandais (14-10). Pluie et grand froid, difficile de jouer au rugby dans ces conditions, pour les deux équipes. Peu de jeu à la main, des chandelles, des sacrés contacts, l’imposante supériorité des All Black dans les mêlées ouvertes et dans les assauts. Une défense française impeccable et costaude qui récupère des ballons sur sa ligne d’essai; des tampons. Un hard rock, aussi, rythmé de fausses notes à cause d’un ballon transformé en gros savon. Au milieu de ce match « metal », la lumière de Cédric Heymans qui a marqué l’essai français. Parti au galop le long de la ligne, le Toulousain a effacé trois adversaires dans l’une de ses spécialités, le cadrage-débordement. Ce type est tout simplement beau à regarder jouer.

Symphonie pour orchestre (musique classique)
Quelle belle équipe. Soudée, parfois impatiente, opiniâtre, tenace, inspirée. L’équipe de France de basket joue ce samedi à 19h15 contre la Russie. Emmenée par Sandrine Gruda et Cécile Dumerc, la formation est invaincue depuis le début de la compétition. Si elles l’emportent, les bleues ajouteront un deuxième titre de championnes d’Europe à leur palmarès. Elles sont d’ores et déjà qualifiées pour le mondial 2011. Ça promet !

Samba !
C’est la traditionnelle répétition générale avant la Coupe du Monde de football. La Coupe des Confédérations rassemble les six vainqueurs des Coupes continentales, le champion du monde en titre et le pays organisateur du mondial, l’Afrique du Sud. Et cette année, ça ne rigole pas. Chacun a amené sa meilleure équipe. Le match du week-end, c’est le Brésil contre l’Italie. Kaka et Robinho contre Cannavaro. Si l’Italie ne bat pas le Brésil demain, elle risque tout simplement de passer à la trappe dans la compétition. La championne du monde (si, si, souvenez-vous, 2006, le coup de tête, la défaite des bleus en finale) est apparue vieillissante dans sa défaite contre l’Égypte. « Les momies, c’est nous », avait titré La Gazzetta dello Sport. Les Brésiliens eux, sont toujours aussi beaux à voir. Avec eux, le ballon a toujours l’air de danser. Les Brésiliens ont, pour l’heure, fait partie des protagonistes du plus beau match de la compétition avec leurs homologues égyptiens en début de semaine. 4-3 au terme d’une partie endiablée. Quand le football fait du bien.

Flamenco rock
Bon, c’est vrai, la fin du match n’avait rien d’une douce mélodie. La demi-finale du tournoi d’Eastbourne entre les Françaises Marion Bartoli et Virginie Razzano s’est achevée sur l’abandon de la première (6-4, 1-0) qui a refusé de serrer la main à sa compatriote. À la veille de Wimbledon, Virginie Razzano vit ce samedi après-midi sa deuxième finale de la saison. La Nîmoise de 26 ans, championne junior de l’Australian Open 1999 et de Roland Garros en 2000, est le genre battante qui développe parfois un « jeu de boxeuse » comme elle s’en est amusée en conférence de presse à Roland Garros, où elle a réalisé sa meilleure performance en atteignant les huitièmes de finale.

Et juste un soupir…
Rafale Nadal a déclaré forfait pour le tournoi de Wimbledon dont il est le tenant du titre. Le champion espagnol souffre d’une tendinite au genou. Il avait quitté le gazon londonien, l’an dernier, sur un titre et un match en forme de chef d’oeuvre contre le meilleur de ses adversaires, Roger Federer, le favori des lieux avec ses cinq victoires précédentes. Rafael Nadal avait alors montré qu’il pouvait être bien mieux qu’un somptueux crocodile de terre battue. Cette année, éliminé dès les huitièmes de finale de Roland Garros 2009, il peut perdre sa place de numéro un mondial. Roger Federer peut la reprendre s’il gagne le tournoi. Le Suisse améliorerait alors le record de victoires en grand chelem de Pete Sampras (14). Andy Murray peut lui aussi prendre la tête de l’élite mondiale s’il gagne à Londres. On assisterait ici à un tremblement de terre : il serait le premier Britannique à remporter Wimbledon depuis Fred Perry, en 1936. Et Rafael Nadal ? On espère que son absence n’est qu’un quart de soupir. À très vite ?