La Mairie de Paris a décidé de retirer de ses bibliothèques de prêt l’album Perdu d’avance du jeune rappeur français OrelSan. Dans un communiqué, Christophe Girard, l’adjoint au Maire chargé de la culture, explique: « Si nous sommes attachés à la liberté artistique, il est indispensable d’éviter qu’un public mineur ou non averti soit confronté à l’écoute de morceaux de musique dont les textes insultent les homosexuels et glorifient la violence faite aux femmes. » Christophe Girard répond ainsi au syndicat Supap-FSU en précisant que ce dernier s’était « ému » de ce retrait et avait « accusé la Ville de Paris de censure ».

OrelSan a été l’objet d’une vive polémique au printemps dernier. En cause, notamment, l’un de ses anciens morceaux, Sale pute (qui ne figure pas sur Perdu d’avance) et ses paroles extrêmement violentes envers les femmes. Nous avions aussi signalé le titre Changement (qui, lui, figure sur l’album) et ses relents homophobes: « Les mecs fashion sont plus pédés que la moyenne des focs. Pédé! », « En boîte la CC circule/les pédés gesticulent », ou encore « Les gars s’habillent comme des meufs/Et les meufs comme des chiennes/Elles kiffent les mecs efféminés comme si elles étaient lesbiennes ».