C’était en 2005. On découvrait, sur Canal+, une série américaine qui allait faire date: The L Word. Révolutionnaire à plus d’un titre: jamais on n’avait osé axer un projet entier sur des personnages lesbiens, jamais on n’avait montré des lesbiennes de cette manière… La grande réussite du show? Avoir ouvert en grand le placard de la visibilité, de la représentation des sentiments, des émotions, de la sexualité… Je me souviens la première fois que j’ai vu The L Word, je suis resté littéralement scotché à mon canapé. J’ai ressenti quelque chose de très émouvant, comme une sorte de lame de fond de bonheur, parce que je voyais mes copines lesbiennes super heureuses d’assister à un tel événement, et que je pouvais éprouver la même chose qu’elles. En gros, je me suis senti lesbienne. C’est ce qu’on doit appeler le bonheur communautaire. Et ça fait beaucoup de bien.

Pour celles et ceux qui voudraient vibrer à nouveau ou découvrir la série (oui, ça peut arriver…), Téva diffuse la première saison (l’épisode-pilote en deux parties et le premier épisode) à partir de 23 heures, ce samedi soir. En VF (tant pis). Ci-dessus: l’un des spots promos de la saison 1 sur Showtime.