Un dimanche, fin de journée de première presque canicule sur Paris, et Amélie Mauresmo s’en est allée, dès le premier tour des Internationaux de France à Roland Garros. La Française a été éliminée (6-3, 6-4) par Ana Lena Groenefeld qui ne l’avait jamais battue en cinq rencontres. Il faut bien une première fois. L’une a joué l’une des parties de sa vie, l’autre était un peu en dessous. On a pensé au match perdu contre Jana Kandarr, au premier tour de Roland Garros en 2001.

C’est un peu l’histoire d’Amélie, comme un malentendu avec la terre battue parisienne. On aimait l’histoire du coup des 30 ans… dix ans après Steffi Graf. Mais faut-il rappeler que les journalistes ne sont pas sur le court… Dans ces moments-là, on a juste envie de rappeler aux esprits chagrins quelle championne nous avons. Rappeler un palmarès: deux titres du grand chelem (Australian Open et Wimbledon 2006), une victoire en Fed Cup (2003), la première première place mondiale dans l’histoire du tennis français (2006) et une telle trempe que l’on sait bien qu’Amélie aura encore des hauts. À suivre, avec plaisir.

Ailleurs sur le web:

Site officiel d’Amélie Mauresmo

Roland Garros 2009