On l’avait remarqué avant même le démarrage de ce 62e Festival de Cannes: les films présentés cette année, toutes sections confondues, ont fait la part belle à l’homosexualité (masculine, il n’est pas inutile de le préciser).

En compétition officielle, Nuit d’ivresse printanière, de Lou Yee, a brisé le tabou de l’homosexualité en Chine à travers une histoire à la Jules et Jim (sauf qu’ici ce sont les deux hommes qui en pincent l’un pour l’autre). Le film a remporté le Prix du scénario (lire notre article).

Également en compétition officielle (mais reparti bredouille), Taking Woodstock, d’Ang Lee, ou l’histoire (vraie) d’Elliot Tiber qui doit gérer, à la fois, son coming-out et l’organisation du festival de Woodstock. Pas moins. Sortie prévue le 9 septembre, voici la bande-annonce:

Eyes Wide Open, de Haim Tabakman (présenté dans le cadre d’Un Certain Regard), était bien parti pour remporter la Caméra d’or, mais c’est finalement Samson and Dalilah, de Warwick Thornton, qui a empoché le trophée. N’empêche que cette histoire d’amour impossible entre deux juifs orthodoxes à Jérusalem excite beaucoup notre curiosité (et la vôtre aussi apparemment). Sortie prévue en octobre (voir notre vidéo).

L’esthète portugais Joao Pedro Rodrigues (O Fantasma, Odete) était également de la partie dans la sélection Un Certain Regard, avec son nouveau film, Mourir comme un homme (voir photo en début d’article). Tonia, vedette de spectacles de travestis, est en proie au doute alors que son petit ami la presse de sauter le pas pour changer définitivement de sexe…

La Quinzaine des Réalisateurs, section parallèle, a fourni un lot impressionnant d’œuvres ayant une thématique homo. J’ai tué ma mère, du très jeune (20 ans) Xavier Dolan (également interprète du film) n’a pas laissé les professionnels indifférents. La preuve, le Québécois a raflé trois prix: le Art Cinema Award, le Prix de la SACD, et le Prix Regard Jeunes. Cette histoire d’amour-haine entre un fils gay et sa mère sera sur nos écrans le 15 juillet. Bande-annonce:

Dans le registre de la comédie, deux films également très remarqués: Humpday, de Lynn Shelton, ou quand deux hétéros bourrins couchent ensemble pour les besoins d’un porno amateur (lire notre article). Un extrait en bonus:

Mais aussi I Love You Phillip Morris, de Glenn Ficarra et John Requa, (encore) une histoire d’amour (compliquée) entre deux hommes, qui tombent amoureux l’un de l’autre en prison. Tiré d’une histoire vraie, le film réunit Jim Carrey et Ewan McGregor. Bande-annonce:

Alain Guiraudie (Ce Vieux rêve qui bouge) est certainement le plus iconoclaste des cinéastes français. Son Roi de l’évasion ne déroge pas à la règle: il y est question d’une cavale amoureuse entre un quarantenaire gay désabusé et une adolescente frondeuse. Le film a reçu le Coup de cœur d’Olivier Père, délégué général de la Quinzaine. L’ovni sortira sur les écrans français le 5 août. Bande-annonce:

Ô joie! Quasiment tous ces films seront visibles (seulement à Paris, certes) dans quelques jours, pour une durée limitée:

  • Rétrospective Un Certain Regard, du 27 mai au 2 juin, au Reflet Médicis, 3, rue Champollion, 75005 Paris.
  • Rétrospective Quinzaine des Réalisateurs, du 27 mai au 6 juin, au Forum des images, Forum des Halles, 75001 Paris.