La photographe américaine Annie Leibovitz a signé quelques-uns des clichés les plus mémorables de ces 30 dernières années, notamment ceux mettant en scène des stars (Demi Moore nue et enceinte, Whoopi Goldberg dans un bain de lait, etc.). L’artiste, qu’on dit tyrannique dans le travail, a fait confiance à sa sœur Barbara pour que cette dernière réalise un portrait intimiste d’elle. Le résultat, Annie Leibovitz: Une vie à travers un objectif (2006), diffusé ce dimanche à 22h30, sur Arte, fait donc le va-et-vient entre vie privée (comme l’évocation de sa compagne l’écrivaine Susan Sontag, décédée en 2004) et vie professionnelle (voir la bande-annonce ci-dessus). À noter que ce documentaire fait partie de la Thema intitulée Glamour, gloire et photo, et qu’il est précédé, à 20h45, de Boulevard du crépuscule (1950), le chef d’œuvre de Billy Wilder.

Autre grand classique, à 22h40, sur TCM: Mort à Venise (1971), de Luchino Visconti, d’après Thomas Mann. Un compositeur en mal d’inspiration tombe amoureux d’un bel adolescent androgyne dans une Venise décimée par le choléra. Réflexion ultime sur la beauté et le temps qui passe, portée par la musique de Mahler. Ok, c’est encore de l’homosexualité souffrante, mais quand c’est fait avec autant de génie, on s’incline. Bande-annonce: