Revue de web | 20.05.2009 - 23 h 45 | 3 COMMENTAIRES
Revue de web: Le maire de Cannes saisit la Halde, la police de Londres cible les homophobes, « Glee »…
Publié par
Bernard Brochand saisit la Halde, Eminem sur Canal+, la police londonienne contre les crimes de haine, El Al veut transporter les homos vers Israël, "Babilonia" s'éteint, Johnny Weir se révèle, le pape se modernise, "Glee" enchante, Brad Pitt est parfait… C'est sur le web, c'est donc sur Yagg.
  • Bernard Brochand, le député-maire UMP de Cannes, a saisi la Halde après la plainte pour harcèlement moral déposée par deux policiers municipaux. Sur Europe 1.fr [fr].
  • Michel Denisot aussi va avoir l’occasion d’interroger Eminem sur son homophobie. Sur don’t MISS [fr].
  • À Londres, une série de descentes de police a abouti à une centaine d’arrestations ciblées sur les crimes de haine, en particulier homophobes et transphobes. Sur Pink News [en].
  • Royaume-Uni toujours. La Commission indépendante des plaintes concernant la police (IPCC) vient de publier de nouvelles directives concernant le traitement des accusations de comportement discriminatoire. Elles incluent notamment les discriminations liées à l’âge, à la religion, au handicap, au genre et à l’orientation sexuelle. Sur Lesbilicious [en].
  • La compagnie aérienne israélienne El Al courtise la clientèle homo. Sur Guysen [fr].
  • Le magazine gay italien Babilonia suspend sa publication. Sur notiziegay.it [it].
  • Pop Star on Ice, un documentaire sur le patineur artistique Johnny Weir, sera présenté au Seattle International Film Festival dimanche prochain. Sur AfterElton.com [en]
  • La réponse du milieu de la mode new-yorkais à la crise: faire la fête. Et comme ce sera une super grande fête partout dans la ville, il faut s’y prendre à l’avance pour bien tout préparer. La date? Le 10 septembre, pour la Fashion Week. Sur The New York Times [en].
  • Après YouTube, le pape débarque sur Facebook. Sur guardian.co.uk [en].
  • Le premier épisode de Glee, la nouvelle série de la chaîne américaine FOX, avec Jane Lynch (photo), fait l’unanimité. Le deuxième épisode sera diffusé à l’automne, ne me demandez pas pourquoi. Et en France? Sur Dorothy Surrenders et Gawker [en].
  • Même en période de crise, Brad Pitt reste généreux. Son frère Doug et lui ont fait un don de 600000 dollars à l’université de Drury, à Springfield, dans l’État du Missouri, dont ils sont originaires, afin que le nouveau stade soit le plus vert possible. Sur ecorazzi [en].
Print This Post
Avatar de Judith Silberfeld
Publié par
Cofondatrice et rédactrice en chef de Yagg.
Autres articles | Profil | Compte Twitter
 
LES réactions (3)
  • Par KOLOOL 21 mai 2009 - 13 H 01

    Mais bon sang, essayez de vous intéresser à l’artiste avant de dire des conneries. Eminem n’est pas homophobe, Slim Shady l’est! Et si vous ne faites pas la différence entre Eminem, et son alter-ego qui représente l’Amérique profonde…
    Ah, et puis un homophobe ami avec Elton John, qui l’appelle quand il a des problèmes de drogues, qui va en studio avec lui, qui se produit en live avec lui, qui le prend dans ses bras à la fin de la chanson…

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Christophe Martet 21 mai 2009 - 14 H 09

    Jane Lynch a un faux air de Danièle Gilbert (jeune, au temps où Cloclo était encore vivant).

    Signaler ce commentaire

     
  • Par Jérôme M 21 mai 2009 - 15 H 56

    Le coup de l’homophobe ami avec un homosexuel, ça ne serait pas une nouveauté Kolool !! C’est aussi répandu que des racistes et xénophobes qui disent ne pas l’être en justifiant d’une amitié avec une personne d’une autre couleur de peau, d’une autre nationalité… Ca court les rues ce genre de personnes.

    Sauf que les chansons d’Eminem sont écoutées par des ados influençables et que beaucoup prennent au 1er degré des paroles du style : Kill You :

    « You faggots keep eggin me ontil I have you at knifepoint, then you beg me to stop?
    SHUT UP! Give me your hands and feet I said SHUT UP when I’m talkin to you. YOU HEAR ME? ANSWER ME!. »

    Et sauf qu’Eminem dit lui même que Slim Shady est plus qu’un personnage. C’est une partie de lui :

    « Plus j’écrivais et plus je me glissais dans la peau de Slim Shady. Mes propres sentiments sortaient et j’avais besoin d’un exutoire, il me fallait un personnage. J’avais besoin d’un prétexte pour laisser sortir cette colère, cet humour noir, cette douleur, mais aussi ce bonheur. […] Pourquoi aurais-je besoin de voir un psy ? Le monde est mon thérapeute. »

    Signaler ce commentaire

     
  • Vous devez être connecté pour poster un commentaire.