Gengoroh Tagame est-il le Tom of Finland japonais? En plus hardcore alors! Dans ses mangas (Gunji, Goku), l’artiste n’hésite pas à illustrer ses fantasmes les plus extrêmes, le plus souvent SM. C’est tout le contraire du yaoï, un genre où les héros sont androgynes et les histoires très fleur bleue. Chez Tagame, tout n’est que violence, sexe et rapports de pouvoir. De passage à Paris (il est actuellement exposé à la galerie ArtMenParis jusqu’au 30 mai), le journaliste-reporter d’images Christophe Ecoffet l’a rencontré pour Yagg.

Réalisation Christophe Ecoffet

Traduction K. Lee