Cette année, c’est la Russie, victorieuse en 2008, qui accueille l’Eurovision, une occasion rêvée pour les militants LGBT de se faire entendre. Et si les candidats au concours leur apportaient leur soutien?

Depuis plusieurs années, les militants LGBT, emmenés notamment par Nicolas Alexeyev, demandent en vain l’autorisation d’organiser une gay pride à Moscou. Bravant l’interdiction, ils sont confrontés tous les ans à la police lors de leurs manifestations. En mars dernier, ils ont saisi la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) d’une plainte visant l’interdiction, par la Mairie de Moscou, de 155 gay prides en mai 2008. Une plainte similaire avait été déposée concernant les gay prides de 2006 et 2007.

La finale de l’Eurovision aura lieu samedi 16 mai, la veille de la Journée mondiale contre l’homophobie. Et c’est donc la date choisie par les organisateurs de la gay pride pour la marche des fiertés moscovite.

Ce week-end, Gordon, l’un des membres du trio The Toppers, qui représente les Pays-Bas à l’Eurovision (vidéo ci-dessus), a fait savoir que si la violence était employée contre les manifestants le 16 mai, il se retirerait de la compétition. Certains font remarquer que la menace est symbolique, puisque pour pouvoir la mettre en œuvre, Gordon et The Toppers doivent déjà accéder à la finale, alors que les bookmakers sur internet misent sur leur élimination en demi-finale. Mais dans une affaire comme celle-ci, les symboles ont aussi leur importance. Pour la France, « patrie des droits de l’Homme », Patricia Kaas chantera Et s’il fallait le faire? (vidéo ci-dessous). Ça tombe bien, parce que justement, là, il faut le faire.

Ailleurs sur le web:

Le site de Patricia Kaas à l’Eurovision

Le site de l’Eurovision

Eurovision singer turns gay activist (Radio Netherlands Worldwide)