Christian Vanneste tient beaucoup à sa liberté d’expression, mais il a plus de mal avec celle des autres. La 11e chambre de la Cour d’appel de Paris entendait donc, jeudi 30 avril, les conclusions des avocats dans l’affaire qui oppose le député UMP du Nord à Jean-Luc Romero.

Christian Vanneste avait saisi la justice pour un commentaire laissé sur le blog de Jean-Luc Romero. « Attention par contre il va vous faire le coup de son habituelle démagogie: « non mais je n’ai rien contre les homos (je souhaite juste leur extermination dans des chambres à gaz) », disait ce commentaire, sous un post intitulé « 23.06.2006 le choc Romero/Vanneste sur Radio Classique à 19h30 ». Christian Vanneste a déposé plainte pour diffamation publique contre le jeune internaute et contre Jean-Luc Romero. Le Tribunal pour enfants avait condamné le jeune homme à écrire une lettre d’excuse à Christian Vanneste, tandis que le tribunal correctionnel relaxait Jean-Luc Romero, estimant qu’il n’y avait pas diffamation.

Le jugement en appel a été mis en délibéré au 4 juin.

On se souvient également que Christian Vanneste avait porté plainte contre Bertrand Delanoë, pour une phrase qui ne mentionnait pas le député UMP du Nord mais dans laquelle il s’est néanmoins reconnu (le maire de Paris qualifiait de « délinquant » celui qui était puni pour avoir violé la loi, voir la vidéo ci-dessus). La 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris avait reconnu le caractère diffamatoire des propos incriminés mais elle avait accordé à Bertrand Delanoë le bénéfice de la bonne foi. Christian Vanneste a, là aussi, interjeté appel. Jugement ce jeudi 7 mai.