Il s’appelle A., il aura 18 ans dans quelques mois, il vit dans le Nord de la France, et il s’est inscrit à la communauté Yagg hier vendredi 1er mai. Un peu comme on lance une bouteille à la mer. Le jeune homme cherche de l’aide, mais ne sait pas où la trouver.

Sev, l’une des membres les plus actives de notre réseau social, est entrée en contact avec lui et a découvert son histoire. A. raconte que ses parents le mettront dehors s’il est toujours homo le jour de ses 18 ans, qu’ils l’ont forcé à quitter son copain, l’empêchant de sortir pour être sûrs qu’il ne le voyait plus. Il confie aussi que sa mère l’a obligé à sortir avec une fille, et qu’il a peur de parler de sa situation.

Très vite, Sev, dont le premier réflexe a été de diriger le jeune homme vers SOS homophobie, décide de mobiliser la communauté via le groupe Assoces Brainstorming. Jointe aujourd’hui par téléphone, Sev (qui est membre de l’association britannique Gay Surrey) nous confie qu’elle a été agréablement surprise par la rapidité avec laquelle les membres du groupe ont réagi positivement à son appel. Les messages de soutien, les conseils, ont afflué toute la journée d’hier. Des associations comme Le MAG ou Le Refuge, présentes sur la communauté, ont souhaité entrer en contact avec ce jeune gay en détresse.

Ce mouvement de solidarité a eu pour premier effet de rassurer A., de le sortir de son isolement. Nous l’avons contacté hier soir, et même s’il ne souhaite pas s’exprimer directement dans ces colonnes (sa situation le fragilise beaucoup), il nous a confié qu’il ne pensait pas que de telles associations existaient et qu’elles pouvaient apporter des solutions à ses problèmes.

Merci à Sev et à tous les membres de la communauté Yagg qui se sont mobilisés, nous ne manquerons pas de vous tenir au courant des suites de cette histoire, qui, malheureusement, n’est pas un cas unique dans la France d’aujourd’hui. Nous avons aussi créé Yagg pour ça.