Savoir dénicher les arnaques et les meilleures affaires, débusquer les faux gay-friendly, faire la chasse aux suppléments… Réserver ses vacances sur internet est devenu un vrai sport dont il faut connaître les règles. Notre spécialiste voyages Dominique Chaudey livre son B.A. BA en 10 conseils avisés.

1. Choisissez le bon site
Quels critères retenir? Le prix, l’expérience du voyagiste, le côté gay-friendly? Les trois? Ils ne sont pas toujours compatibles. Les meilleurs prix apparaissent souvent sur des sites inconnus. L’expérience du voyagiste fait que les clients "papa-maman-et-les-enfants" sont souvent les plus appréciés. Et le côté gay-friendly est pour le moins aléatoire. Apprenez donc à bien définir vos vacances avant de réserver. Pour un safari-photo, faites confiance à www.kuoni.fr ou à www.vdm.com (Voyageurs du Monde). Pour un week-end en amoureux, soit vous réservez "à la carte" chez un voyagiste comme www.expedia.fr, soit vous construisez vous-même votre séjour (voir règle n°6). Enfin, s'il vous faut un site gay-friendly ou carrément gay, www.attitude-travels.com est le meilleur.

2. Comprenez ce qu'est le prix d’appel d'un billet d’avion
Faites un test dans la salle d’embarquement de votre vol. Demandez à vos voisins combien ils ont payé leur billet d’avion. Il y aura certainement autant de prix que de passagers. Et les sites internet ne vous aident pas: le Mulhouse-Alicante à 1€, c’est quand? Au lieu de changer vos dates 15 fois pour sélectionner le meilleur tarif, réservez à l’avance et faites le tour des sites. Il y aura toujours un voyagiste qui aura négocié de meilleurs tarifs auprès des compagnies aériennes. Sachez que vous paierez plus cher si vous partez un vendredi ou un samedi, pendant les vacances scolaires, pendant les fêtes françaises ou locales. Un conseil de pro: pour avoir un ordre d’idée du prix que vous paierez, le site www.govoyages.com est souvent très bien placé.

3. Vérifiez les suppléments avant de réserver
La loi est claire: le prix annoncé au client doit être un prix toutes charges comprises. En revanche, il existe aujourd’hui des multitudes de suppléments qui ne sont pas annoncés. Surtout chez les compagnies low cost: l’enregistrement de la valise (jusqu’à 20€), le mode de paiement (une spécialité chez les voyagistes méditerranéens: +10€ si vous payez avec une carte Visa), le choix des sièges (+6€ pour être devant). Les compagnies aériennes régulières ne facturent pas ce genre de supplément. En ce qui concerne les prestations hôtelières, seule la taxe de séjour peut vous être demandée à votre départ et ce, seulement dans certains pays. L’aéroport de départ de l’avion a aussi son importance: quand on a économisé 20€
sur un Paris-Dublin et qu’on doit débourser 26€ pour se rendre à
Beauvais, où est l’économie?

4. Débusquez les faux gay-friendly
On est bien placé pour le savoir, dès qu’il s’agit de notre portefeuille, tout le monde est gay-friendly. Voici quelques conseils pour débusquer les gros menteurs. Fouillez dans le site de l’hôtel en question. Les photos ne sont jamais innocentes. Plus de deux photos avec un enfant, vade retro hotelas! Deuxième conseil, une association internationale du tourisme gay, l’IGLTA, impose à ses membres la présence de son logo: il est aux couleurs de l'arc-en-ciel, vous ne pouvez pas le rater. La liste des membres est disponible surwww.iglta.org. Troisième conseil, faites confiance aux copines locales. Les conseils avisés de nos sœurs valent leur pesant d’or pour détecter les faux gay-friendly. Enfin, dernier conseil et pas des moindres, arrêtez de confondre gay-friendly et gay tout court. On est toujours (enfin presque) gay-friendly quand on est gay, l’inverse n'est pas toujours vrai.

5. Maîtrisez le mapping
C’est le grand truc du moment. Les cartes sur internet font loi et valent certificat d’authenticité! Faites donc attention aux avenues qui peuvent être des autoroutes, aux rivières qui n’ont pas toujours de pont, et surtout à l’échelle. La confiance absolue qu’on accorde aux cartes fait souvent oublier deux choses: la situation n’est pas la vue (vous n’aviez pas vu sur la carte que l’immeuble entre votre terrasse et la mer faisait 18 étages!) et enfin, les cartes en 3D, y en a pas des masses. Du coup, on ne situe pas vraiment les établissements, notamment vis-à-vis de la mer. Par exemple, un des hôtels gays les plus connus de Mykonos est l’Elysium. On vous parle rarement des 200 mètres de côte qu’il faut escalader pour l’atteindre. Et puis parce que le mapping est tendance, allez faire un tour sur le site www.funmaps.com, il recense tous les établissements homos des principales grandes villes de la planète. Très bien fait, surtout pour les États-Unis.

6. Ne jouez pas à l’apprenti-agent de voyage
Vous avez la possibilité, avec certains voyagistes, de construire vous-même vos vacances. La difficulté, c’est de faire les choses dans l’ordre. On réserve d’abord l’avion. En effet, l’aérien disparaît dès qu’il n’y a plus de places. Les systèmes de réservation sont ainsi fait. Le problème, parce qu’il y en a un, et il est énorme, c’est le retard d’avion. La plupart des prestataires terrestres maintiennent les réservations jusqu’à une heure prévue d’arrivée. Au-delà, ils attaquent vos cartes bleues… Si vous avez réservé avec un voyagiste, l’hôtel sera prévenu. Pour les indécrottables du self-made holidays, certains sites vous permettent de jouer à l’agent de voyage en toute sécurité, www.expedia.fr s’en est fait une spécialité. Par exemple, Expedia peut vous vendre la visite "Sex and the City" à New York, où vous pourrez jouer les Carrie Bradshaw dans tous les lieux de la série.

7. Partez là où vous voulez vraiment!
C’est bien connu, si autant de gays sont allé au Vietnam, c’est grâce à Catherine Deneuve dans Indochine. Plus sérieusement, 2009 sera certainement l’année des croisières, et celle de San Francisco, Harvey Milk oblige. Mais rien ne vous oblige à suivre ces tendances. Vous pouvez vous faire votre propre opinion. Voici quelques exemples de sites officiels qui montrent à quel point le public gay et lesbien est attendu. Pourquoi ne pas avoir envie de vérifier sur place? Et pour avoir cherché des heures sur le site de l’Office de tourisme de la Grèce, patrie de nos bien-aimées Lesbos et Mykonos, on peut trouver des informations sur l’agrotourisme, le tourisme religieux, le tourisme sportif… Mais le tourisme gay, nada!
L’Afrique du Sud:www.southafrica.info
La ville de Montréal: www.tourisme-montreal.org
L’Australie du Sud: www.southaustralia.com/fr/
L’île de la Réunion: www.lareunionvousattend.com
La ville de Las Vegas: www.visitlasvegas.com
La ville de Philadelphie: www.philadelphiausa.travel

8. Lisez les conditions générales de vente
Si votre réservation a été confirmée, c’est que vous avez coché la case "J’ai lu et j’accepte les conditions générales…". Mais vous n’avez pas lu… tout ce qu’il vous faut savoir en cas d’annulation ou de modification. À un jour près, les frais peuvent passer de 30% du prix du billet à 100%. Attention, si vous avez construit votre voyage sur deux sites différents, un problème sur l'un des deux sites ne sera pas garanti sur le deuxième. Par exemple, si votre vol est annulé à quatre jours du départ et reporté le lendemain, il y a de forte chance que l’hôtel que vous avez réservé sur un autre site vous prenne des pénalités pour la nuit annulée de fait. Il existe chez les low cost la possibilité de modifier le nom du passager (moyennant des pénalités, faut pas se leurrer). www.ryanair.com le propose jusqu’à 40 minutes avant le décollage. Dernier conseil: souscrivez une assurance si vous avez acheté un forfait. Et n’oubliez pas d’imprimer votre contrat d’assurance si vous en souscrivez une! D’autre part, l’assurance souscrite lors de l’achat d’un billet d’avion ne concerne que la prestation aérienne et pas l’hôtel. En gros, elle est valable en cas d’annulation et c’est tout. Sachez enfin qu’aucune indemnité n’est prévue, malgré ce qu’on croit, en cas de retard d’avion. Pour finir, payez vos vacances avec votre Visa Premier si vous en avez une, une assurance-annulation est incluse dans le contrat.

9. Apprenez à connaître un peu le pays avant de partir
Vous trouverez rarement les mêmes conseils sur le net que dans une agence de voyage. En peloton de tête des galères évitables, les formalités administratives. On ne va pas aux États-Unis avec sa carte Navigo. Et il faut un visa pour aller faire la dinde au Mardi Gras de Sydney. Si vous avez besoin d’un visa en urgence, vous pouvez contacter www.visas-express.fr, ils sont très efficaces (mais pas bénévoles, c’est payant). La météo est souvent la deuxième cause des vacances ratées. Le tango à Buenos Aires, on le danse en doudoune au mois de juillet. Consultez http://monde.meteofrance.com, c'est bien fait. Deux sites sont indispensables si vous partez dans des pays à risques: www.pasteur-lille.fr pour les informations d’ordre médical et www.diplomatie.gouv.fr/fr pour les régions instables politiquement (ce sont les conseils du Quai d’Orsay). Enfin, vous voulez savoir si le prix de l’hôtel à Rio qu’on vous vend en France est à peu près le même que là-bas? Allez sur www.oanda.com, c’est un site de taux de change très sérieux en anglais.

10. Ne vous trompez pas d’hébergement
Tout seul ou à deux, l’hôtel reste la formule la plus adaptée. Pour ceux qui se déplacent en "troupeau", la location d’appartement est très économique. Voici deux sites français qui proposent des appartements ou des villas en Europe: www.gay-provence.org et  www.villanao.fr/gay-friendly.html. Le premier, une association chargée de promouvoir des établissements
gays ou gay-friendly, vous met en relation avec les propriétaires
d’appartement. L'avantage du second (par rapport à ceux indiqués ci-dessous), en cas de problème, c’est qu’il est français et que la législation dont il dépend est la même que la vôtre… D’autres sites européens sont des mines d'infos. L’Allemand www.egotour.eu est très complet pour qui cherche un appartement à Berlin. En Espagne, c’est www.friendlyrentals.com qui propose le plus de choix même si le "friendly" de son nom nous laisse perplexe quand on voit que les prix des appartements à Madrid connaissent pour la période de la gay pride une augmentation de… 30%! Pour Madrid, vous avez un autre site: www.chic-rentals.com. Enfin pour les hystériques du "j’me la joue", www.espanaapartmentrental.com propose des penthouses pas trop cher…

Dominique Chaudey