"J'ai l'impression d'avoir quarante ans." On peut comprendre. À près de 30 ans, Amélie Mauresmo a tiré, dimanche 26 avril, l'équipe de France de Fed Cup d'un bien mauvais pas en match de barrage contre la Slovaquie, à Limoges.

Samedi et dimanche, après les défaites d'Alizé Cornet, l'ancienne numéro un mondiale a ramené la France par deux fois à égalité.

Après sa victoire contre Daniela Hantuchova, Amélie a remporté le double décisif aux côtés de Nathalie Dechy. En sport, on appelle cela une patronne. Si elle les a émues, la victoire finale a aussi beaucoup amusé les deux joueuses, toutes deux issues de la fameuse génération 79. Amélie a rappelé, presque incrédule, que cela fait vingt ans qu'elles jouent dans les équipes de France.Une défaite de l'équipe à Limoges, cela aurait fait mauvais genre. Depuis la création de l'épreuve, en 1963, la France n'a jamais été rétrogradée en deuxième division. Mais c'est un peu la magie de la Fed Cup, comme celle de la Coupe Davis. Des joueurs, lancés dans une aventure collective, peuvent mettre de côté leurs doutes, leur âge ou tout autre chose, pour exprimer un peu plus de gagne, des ressources inépuisables.

Ce fut un joli week-end de tennis comme on les aime, justement, en Fed Cup. Indécis, âpre, usant pour les nerfs. On parie qu'Alizé Cornet, 19 ans, aura beaucoup appris. Déjà, dimanche, ce fut beau de la voir se défendre comme une lionne alors qu'elle était menée un set à zéro et un break d'avance. Sûr que les choses vont tourner la prochaine fois. Mais l'équipe, pour l'heure, ne semble pas pouvoir se passer de deux joueuses d'expérience en simple pour l'une, en double pour les deux. Et Amélie? "À la fin de l'année 2008, au moment où j’ai décidé de continuer, je me suis dit que j’avais encore des trucs à vivre sur le terrain." Une victoire à Paris, une victoire en double à Miami avec Svletana Kuznetsova, et maintenant ce marathon à Limoges. Pas mal, effectivement. On comprend qu'elle ait envie de rester. Et nous donc, pour nous donner de tels instants. Merci.

Bénédicte Mathieu

Photo © F4