Maxime Donzel vous a déjà donné des pistes pour survivre à un week-end avec des hétéros, mais comment faire le reste de la semaine? Profitez de ce que la météo annonce de la pluie ce dimanche pour vous préparer à survivre au monde du travail dès lundi.

GUIDE DE SURVIE N°8: « SURVIVRE À SON JOB », PAR MAXIME DONZEL
Tout le monde n’a pas la chance de travailler avec des gouines et des pédés. Tout le monde n’a pas non plus la chance de travailler avec des hétérocools ou avec des copains. Habituellement, le monde du travail est un univers parallèle dans lequel on est amené à côtoyer de drôles de créatures qui n’auraient même pas été retenues au casting des Deschiens.

On peut pourtant être ouvertement gay ou lesbienne à son travail, sans que ce soit (trop) compliqué. Ce petit guide est là pour te donner quelques suggestions pour que ça se passe bien et que tu n’aies pas l’impression de vivre dans une comédie « gay » avec Daniel Auteuil.

Il est probablement idéal d’opter pour le coming-out immédiat, question d’éviter des mois de spéculation de la part de tes collègues pour savoir ce que tu insères dans ton « 36 plis ». Ceci dit, il n’est pas désagréable de les laisser mariner un peu. Aie l’air un peu gêné par les sujets de couple, reste vague en parlant de « ton ami-e », joue à l’ingénue alors que tu voies leurs oreilles se tendre dès que tu évoques ta vie privée. Et puis un jour, paf, tu débarques avec une coupe de cheveux de star, et tu hurles « Je suis allé voir LIIIZA en concert avec MARTIAL c’était FA-BU-LEUX!!!! ».  Pour déconner, le lendemain pointe-toi en survet’ et fais des blagues de prout pour que tout le monde soit paumé. Comme ça tout le monde parlera de toi, c’est chouette.

ATTENTION Il n’est pas nécessaire de faire son coming-out si on travaille pour: Yagg, la mode (en général), le resto thaï dans la rue derrière chez moi.

ATTENTION 2 Il n’est pas recommandé de faire son coming-out si on travaille pour: une église, un bar gay (l’hétéro excite l’idiote, et l’idiote donne du pourboire).

Je sais que c’est tentant, mais dire à Sandrine de la compta « mooon dieu qu’il est laid ce bébé! Tu l’as trouvé chez Guérisol? Il a pas l’air très frais » au sujet d’une photo de bébé sur son bureau, ce n’est pas une bonne idée: il s’agit probablement du sien. J’ai vite découvert que le pire des cyniques devient ultra sensible dès qu’il s’agit de ses mômes. Quand j’ai dit à Monsieur La Déconne, celui qui te fait La Classe américaine en entier, que sa fille avait l’air un peu triso (c’était une blague-euh), je vous raconte pas la tronche, il a failli tomber dans les pommes. Alors reste polis, fais risette, et passe ton chemin.

ATTENTION Tu es homoparent? Sois insupportable avec tes photos de bébé et montre à tout le monde que le tien, c’est le mieux. Cherche pas la logique, c’est politique.

Autant chez nous, se dire « coucou chéri » c’est juste une manière sympa de se saluer, autant si tu dis « coucou chéri » le matin à Éric de la sécurité, ça risque de démarrer une sorte de film d’horreur dans sa tête, un film qui commence par un bisou sur la joue et qui se termine en descente aux enfers avec ton gland qui lui chatouille l’intestin grêle. Avec des plumes. Et du sang. Et un homme en jupe. Et du cuir. En gros, tu lui dis simplement bonjour, mais lui ça lui coupe la bite direct. Alors reste sobre. Bonjour ça suffit (n’oublie pas qu’il est armé).

Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’il existe beaucoup de gens qui en dehors du travail n’ont pas d’amis. Et ces gens-là pensent donc que parce que vous travaillez ensemble, alors ça veut dire que vous allez devenir M.A.P.V. (meilleurs amis pour la vie). C’est une situation compliquée à gérer. Ils t’invitent à des trucs bizarres qui s’appellent des « 5 à 7 » mais qui ne font pas référence au nombre de participants à une partouze, te parlent de leur vie amoureuse comme si ça t’intéressait de savoir ce que Cédric du marketing a répondu à Marie de la com’ sur le mur facebook de Caroline du juridique. Il est donc IMPÉRATIF  d’avoir l’air plus chiant que les chiants, prétend ne pas avoir de portable parce que « tu es contre », et dis-leur que ta passion dans la vie c’est la reliure. C’est tout, tu n’aimes rien d’autre, juste la reliure.

Quand la standardiste prend sa retraite, il faut manger un gâteau dégueulasse et écrire sur une carte de voeux, c’est obligatoire. N’essaie SURTOUT PAS d’être original, tu vas provoquer un accident diplomatique. Par exemple, à mon premier boulot, j’avais cru que Christelle relèverait l’humour légèrement provocateur mais plein de tendresse quand j’ai écrit « bon débarras, vieille peau » sur sa carte.  Mais en fait non. Elle a pleuré. Au travail, ce n’est pas comme au « café des connasses », on n’exprime pas son affection en envoyant un seau de merde à la gueule de ses copines.

Les conversations de cafet’ tournent généralement autour des films, des séries, de la culture du moment. Globalement il faut se souvenir que dans le monde professionnel, tout le monde a deux ans de retard. Par exemple, il est très possible que tes collègues se mettent à te parler de cette nouvelle série géniale, Ugly Betty (sauf si tu travailles dans la fonction publique, auquel cas il faut multiplier par 5 les années de retard – La Poste vient de se mettre à Ab Fab – véridique!). Ils vont probablement t’envoyer par mail la vidéo du panda qui éternue ou « les têtes à claque ». N’essaie pas de faire leur formation en pop culture d’un coup, en leur criant « tu es tellement 10 Septembre! », ça va les bloquer et ils resteront définitivement coincés au siècle dernier, et ne te parleront plus que de Super Jaimie. Offre leur plutôt une sorte de « riposte graduée » en leur faisant découvrir gentiment des choses adaptées à leurs connaissances, sans trop les brusquer.

C’est difficile à comprendre, mais les filles du bureau se disent généralement « ABSOLUMENT PAS féministes », mais si tu leur dit que les mecs sont mieux payés qu’elles, elles trouvent que c’est un scandale. En tant que lesbienne officielle du bureau, ce n’est même pas la peine d’essayer de leur expliquer que la domination phallocrate est le syndrome typique d’une lutte des classes post-industrielle, de toute manière si tu penses ça c’est juste parce que tu es lesbienne. Commence doucement, par exemple en leur expliquant qu’afficher un poster dans les toilettes qui dit « Les filles qui font des crottes qui puent sont priées d’aller les faire à un autre étage », ce n’est pas très fémi-solidaire. (NDLA: je n’invente même pas)

À moins que tu sois lesbienne, ou un pédé « no look » qui est habillé comme un sac à patate (pas de jugement, on a tous eu 19 ans un jour), tu es probablement déjà sur-habillé pour le travail. En gros, si à ton boulot la mode n’est pas au « costume informe », alors c’est « polo gris ». Le vendredi, tes collègues deviennent tout foufous et mettent un polo gris à rayures. Alors toi, avec tes bottines en cuir pourpre laminé « très discrètes » et ta chemise rose imprimée nid d’abeille psyché, tu passes vraiment pour la Castafiore sous ecsta. Pour le coup, je te suggère de ne rien changer. Parce que zut, déjà qu’on ne peut ni se moquer des bébés, ni faire des blagues de mauvais goût, si en plus on ne peut pas être fabuleuses, je veux dire, autant être au chômage.

Vous aimez les guides de survie? Devenez fan de Maxime Donzel sur Facebook et sur la communauté Yagg.

Pour lire les autres guides de survie, cliquez ici.